Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
15 septembre 2010 3 15 /09 /septembre /2010 10:40

5personnes que j'ai rencontré...     Ce roman part d'un postulat assez original et bien énoncé d'ailleurs dès le premier chapitre, intitulé "Fin" (!!!??!!!)

L'histoire commence avec la mort du personnage principal, Eddie. Il s'agit en fait de l'histoire d'Eddie après sa mort.

Eddie est respondable de l'entretien d'une fête foraine, Ruby Pier, et meurt à 83 ans en sauvant une fillette lors d'un accident de manège. Il se retrouve alors au "Ciel" où on lui explique qu'il va rencontrer cinq personnes connues ou inconnues dont il a, volontairement ou non, consciement ou non, changé à tout jamais la destinée.

 

     Le roman s'articule en alternant les chapitres consacrés à Eddie au Ciel, ceux qui racontent les étapes importantes de sa vie (ses anniversaires, la guerre, son mariage, etc.), et ceux qui décrivent la vie "après Eddie" pour ceux qui restent.

Ce triple point de vue narratif donne un ensemble curieux et original, avec tout le long cet espoir un peu fou d'avoir un jour toutes LES réponses...

 

Une petite citation qui résume bien l'esprit du roman :

une "part du céleste secret : qui est qu'aucune vie ne se déroule en vase clos, elles se chevauchent toutes et le monde est tout plein d'histoires qui au bout du compte finissent par n'en former plus qu'une seule !"

 

 

4e de couverture :

Pendant des années, le vieil Eddie, petit bonhomme trapu de 83 ans, a veillé au bon fonctionnement des attractions de la fête foraine de Ruby Pier. Comble de l'ironie, c'est ici qu'il vient tout juste de mourir, écrasé sous la nacelle d'un manège alors qu'il tentait de sauver le vie d'une fillette...

Arrivé dans l'au-delà, le défunt se retrouve embarqué sur un vaste océan multicolore et multiforme où, comme dans un rêve éveillé, il va faire cinq rencontres bouleversantes et déterminantes : avec Marguerite, son amour perdu, mais aussi son ancien capitaine d'infanterie, une vieille femme aux cheveux blancs, un mystérieux homme bleu et une toute jeune Asiatique détenant, dans ses petits doigts atrocement brûlés, le secret d'Eddie et de sa destinée...

 

 

Ma note : 3.5/5

 

Partager cet article

Repost 0
Published by livres-etc - dans Critiques en toc
commenter cet article

commentaires

ANTONI 04/10/2010 10:49


Bonjour, bonjour, comme j'ai apprécié ce livre et ton avis, je me suis permis d'ajouter un lien vers ton article dans celui que j'ai moi-même rédigé. Je te laisserai le soin de venir le découvrir,
à l'occasion, si le coeur t'en dit naturellement !!!
Bonne journée et à bientôt, j'espère.
Amicalement,


livres-etc 04/10/2010 11:07



Merci bien ! Je suis allée voir ton article. Je ne savais pas qu'il y avait eu une version télé...


Merci pour les infos et le commentaire :)


A bientôt



Présentation

  • : Livres, etc...
  • Livres, etc...
  • : Partage de mes coups de coeur artistiques, littéraires ou autres, l'actualité du patrimoine culturel, des fiches artistes, des voyages... :)
  • Contact

Twitter

Archives

En ce moment je lis

chaan-la-rebelle.jpg          

Mes publications...

 

- ""Diventare francese", la naturalisation des génois en Provence (1620-1730)", La Haute vallée de l'Arc, bulletin de la SERHVA, n°124, octobre 2013

 

- "Sculpteurs-marbriers provençaux : les Veyrier et la carrière de Trets", dans Marbres de Rois, actes du colloque international tenu (Versailles 2003), Presses universitaires de Provence, 2013, pp. 81-90

 

- Atlantes & Cariatides, Editions Edilivre - collection Universitaire, 2012

241073 LCU C14 3 - Copie

 

- "Sculpteurs et marbriers : les Veyrier et la carrière de Trets", Provence Historique, tome LX - fasc. 239, janvier mars 2010, pp. 67-79


- "Des berges de la Garonne à la construction du magasin des Marbres du Roi à Bordeaux", Bulletin monumental (chronique), n°169-1, 2011, p. 81


- "L'empreinte des archevêques sur Puyricard" (en collaboration avec Sophie Bergaglio) dans Sebastien AUBLANC & Sophie BERGAGLIO, Puyricard, images et histoires, Ed. des lilas, 2012, pp. 56-65