Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
14 novembre 2010 7 14 /11 /novembre /2010 08:00

Dès que l'on parle de sculpture, quelle que soit l'époque concernée, on se retrouve invariablement confrontée à ce fameux "Marbre de Carrare".

Aujourd'hui, pour mieux le connaître et mieux appréhender l'importance de ce marbre dans la sculpture depuis l'Antiquité, petit détour par les carrières italiennes de Massa-Carrara tout au nord de la Toscane, presque à la limite entre la Ligurie et la Toscane.

 

carte carrare     Aujourd'hui Carrare, commune sur laquelle se trouvent les grandes exploitations de marbre, est une ville d'environ 65000 habitants, très industrielle et assez froide je dois dire.

Le principal intérêt de se rendre à Carrare est la découverte époustouflante de la montagne de marbre !

 

Avant même d'arriver à destination, on voit au loin la montagne... Une fois que l'on réalise que ce ne sont pas des neiges éternelles (ou pas éternelles d'ailleurs) mais bel et bien les fronts de taille qui donnent cette blancheur immaculée au paysage, on se rend compte de l'ampleur, des quantités colossales de marbre que cela représente.

Genova-636.JPG

     Il y a au coeur de la montagne plusieurs possibilités pour visiter les exploitations. La plupart sont fermées à la visite de masse mais quelques unes proposent des visites par petits groupes.

Personnellement, j'en ai visité deux assez significatives que je ne saurai que trop vous conseiller. Elles ne nécessitent pas de réservation et sont ouvertes chaque jour.

C'est malheureusement pour ces raisons en particulier que je n'ai pas eu l'occasion de visiter la Colonnata, la carrière où Michel-Ange, Bernin et les autres se fournissaient en marbre statuaire, le plus pur des marbres blancs que l'on trouve en Europe occidentale.


IMGP5054.JPGLa première, la carrière du Fantiscritti est une expérience unique ! Une fois arrivés sur le parking qui se trouve à l'entrée de la carrière, après s'être remis de l'incroyable sensation d'être face aux carrières du marbre le plus célèbre du monde, vous prenez un 4x4 qui vous emmène pour un voyage extraordinaire littéralement au coeur de la montagne... Une route souterraine s'enfonce dans la pierre et l'on se retrouve au bout de quelques minutes dans une carrière souterraine immense (dans une partie qui n'est plus exploitée aujourd'hui). La carrière se trouve très exactement à 600m de la surface et 600m de l'entrée. L'échelle est tout sauf humaine ! Il y fait frais (pas plus de 18°C en été) et l'on découvre des techniques d'extraction assez particulière du fait du caractère original de la configuration même de la carrière. Le décor est incroyable !

Près de cette excavation magnifique se trouve un petit musée du marbre en plein air présentant des blocs mais surtout l'évolution de l'outillage nécessaire au détachement des blocs et de leur mise en forme avant expédition. On découvre ainsi qu'à Carrare il n'y a pas que du marbre blanc, mais aussi du noir, du rose et du blanc veiné de gris.


Genova-660.JPG

En suivant la route qui serpente entre les 3 bassins d'extraction (Fantiscritti, Torano et Colonnata) par laquelle descendent toujours les camions chargés d'énormes blocs de marbre, nous sommes arrivés près d'une petite carrière familliale qui se visite également.

 

La cava 177 est une exploitation d'une taille beaucoup plus "raisonnable" en comparaison avec ce que l'on peut voir aux alentours. Le propriétaire se fait un plaisir de faire visiter cette carrière qui est propriété de sa famille depuis plusieurs générations. On peut se promener au gré de nos envies, poser toutes les questions possibles et imaginables auxquelles il répond volontiers.


IMGP5066.JPG

Tout près de là, sur la route qui redescend vers la ville de Carrare se trouve une école de marbriers qui présente les techniques modernes et des échantillons de marbre de toute l'Europe. Cette école propose également tous les samedis des excursions en 4x4 qui durent toute la journée afin de découvrir un peu mieux, et en présence des marbriers eux-mêmes les différentes carrières et variétés de marbre.

 

Si vous avez l'occasion de passer près de Carrare et de pouvoir vous y arrêter pour la journée, n'hésitez pas une seule seconde ! Ce que vous y découvrirez vous laissera sans voix et vous projettera sur les pas des plus grands sculpteurs !

 

Liens pour les 2 carrières citées :

Marmo Tour (Fantiscritti)

Cava 177

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Sandrine KRIKORIAN - Art & Energie 14/11/2010 09:14


La photo de la montagne "enneigée" de marbre de Carrare est assez impressionnante. J'ose à peine imaginer ce que ça doit être quand on se retrouve devant ! En plus je trouve que cet article vient à
point nommé juste après celui où tu montres des photos de sculpture comme ça on voit bien la matériau brut encore dans sa carrière et son résultat après que l'artiste soit passé... Même en le
sachant, ça fait toujours de l'effet ! ;)


Présentation

  • : Livres, etc...
  • Livres, etc...
  • : Partage de mes coups de coeur artistiques, littéraires ou autres, l'actualité du patrimoine culturel, des fiches artistes, des voyages... :)
  • Contact

Twitter

Archives

En ce moment je lis

chaan-la-rebelle.jpg          

Mes publications...

 

- ""Diventare francese", la naturalisation des génois en Provence (1620-1730)", La Haute vallée de l'Arc, bulletin de la SERHVA, n°124, octobre 2013

 

- "Sculpteurs-marbriers provençaux : les Veyrier et la carrière de Trets", dans Marbres de Rois, actes du colloque international tenu (Versailles 2003), Presses universitaires de Provence, 2013, pp. 81-90

 

- Atlantes & Cariatides, Editions Edilivre - collection Universitaire, 2012

241073 LCU C14 3 - Copie

 

- "Sculpteurs et marbriers : les Veyrier et la carrière de Trets", Provence Historique, tome LX - fasc. 239, janvier mars 2010, pp. 67-79


- "Des berges de la Garonne à la construction du magasin des Marbres du Roi à Bordeaux", Bulletin monumental (chronique), n°169-1, 2011, p. 81


- "L'empreinte des archevêques sur Puyricard" (en collaboration avec Sophie Bergaglio) dans Sebastien AUBLANC & Sophie BERGAGLIO, Puyricard, images et histoires, Ed. des lilas, 2012, pp. 56-65