Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
26 janvier 2011 3 26 /01 /janvier /2011 08:00

_J_M_pas.jpg     

     Après "Claudiquant sur le dance floor" ou "Faire danser les filles", Luz sort en 2007 "J'ame pas la chanson française". Cette petite BD est vraiment drôle. Que l'on aime ou pas (ou pas tellement ^^) ce que l'on appelle communément la "variété française", il est difficile de se contenir de sourire voire de rire franchement en lisant certaines planches de cet ouvrage.

 


aimepaslachansonfranaisbs0.jpgLa plupart des chanteurs de la "nouvelle scène française" (enfin, nouvelle en 2007 !) en prennent plein les dents, Vincent Delerm en tête de peloton, suivi de près par Bénabar, Cali et autres Benjamin Biolay ou Obispo.

luz3.jpgLes anciennes générations n'y échappent pas (Demis Roussos, Sardou, Yvette Horner, etc) et ont également droit à leur lot de sarcasmes désopilants et souvent politiquement incorrects.

Tout commence par Renaud conseillant à Vincent Delerm d'écrire des chansons engagées pour son "album de la maturité"... et boum ! Nous voilà plongés dans les méandres d'Universal, de la Star Ac' et autres bouffonneries médiatiques qui essaient de nous faire croire que la soupe que l'on nous met dans les oreilles la plupart du temps est en fait de la bonne musique avec un concept et tout le tralala !!!

luz11je1.png

 

 

 

 

Fans inconditionnels des chanteurs sus-cités n'ayant pas d'humour s'abstenir... mais franchement  ? Je me suis bien marrée

 

 

 

 

 

 

 

 

Dans la même collection :

 

- J'aime pas les fumeurs (Charb, 2007)

- J'aime pas l'école (Riss, 2007)

- J'aime pas les people (Trez, 2007)

- J'aime pas la retraite (Patrick Pelloux et Charb, 2008)

- J'aime pas les gens qui se prennent pour... (Florence Cestac, 2009)

Repost 0
Published by livres-etc - dans Un peu de BD
commenter cet article
24 janvier 2011 1 24 /01 /janvier /2011 08:00

Genève (CH)


 

IMGP7276.JPG

Repost 0
Published by livres-etc - dans Photo de la semaine
commenter cet article
23 janvier 2011 7 23 /01 /janvier /2011 10:03

Promotion pour la page "Le corps humain dans la théorie des ordres en architecture (XVIe - XVIIIe siècle)" :

Le corps humain dans la théorie des ordres en architecture (XVIe - XVIIIe siècles)

 

Un des principaux travaux des théoriciens est de « définir scientifiquement les rapports entre l’anatomie humaine et les proportions architecturales » [1]. L’étude du De Architectura de Vitruve donne une impulsion considérable à ce phénomène, débouchant sur la superposition de profils humains sur les profils architecturaux, comme on le voit chez Diego De Sagredo ou plus tard chez Jacques-François Blondel.

Lire la page "Le corps humain dans la théorie des ordres en architecture (XVIe - XVIIIe siècle)".

Repost 0
Published by livres-etc
commenter cet article
21 janvier 2011 5 21 /01 /janvier /2011 08:00

carte florence

Florence, capitale de la Toscane, est l'une des villes les plus célèbres d'Italie dans le monde entier, connue comme le berceau de la Renaissance italienne.

Avec grosso modo 370 000 habitants, c'est une grande agglomération qui a toutefois gardé un côté intimiste avec ses petites rues et ses placettes agréables.

Fondée dans l'Antiquité, la ville ne prit un véritable essor qu'à la Renaissance avec la construction de monuments grandioses sous l'impulsion des Médicis, ce qui attira les plus grands artistes du pays.

Le fleuve qui traverse la ville est l'Arno.

 

Côté pratique : Office du tourisme, Piazza Stazione, 4 ou bgo Santa Croce, 29r. Chose bien pratique, il est possible d'acheter au même endroit et à l'avance des billets d'entrée pour tout ce que vous souhaitez visiter. Cela vous évitera, en plus de l'attente pour entrer dans un site d'avoir à attendre en plus à la billetterie.

Spécialité : Il n'y a pas de spécialité culinaire vraiment florentine (à ma connaissance du moins). En revanche, la Toscane est connue pour sa production d'huile d'olive et de charcuterie donc il y a de quoi se faire plaisir !

 

Florence est une ville trèèèèès touristique donc je vous conseille plutôt d'y aller hors saison si vous le pouvez. L'été est vraiment infernal... il n'est pas possible de visiter quoi que ce soit dans des heures et des heures de file d'attente (pour l'exemple, lors de mon dernier séjour j'ai attendu près de 3h pour entrer à la galerie de l'Académie, à peu près pareil pour les Offices et je n'ai même pas tenté la cathédrale au vu du nombre de visiteurs déjà en place depuis des heures !!!)

Evidemment, conséquence de cette recrudescence de touristes : tout y est excessivement cher, qu'il s'agisse des musées, sites et autres monuments, ou bien de l'alimentation, etc. Il faut donc prévoir un bon budget.

 

A visiter :

Beaucoup de choses à voir à Florence. Comme d'habitude voici une petite sélection de ce que vous pouvez faire en une journée (hors saison on s'entend bien).

 

duomo-florence.jpg- Santa Maria del Fiore (Duomo)

Santa Maria del Fiore, cathédrale de Florence est connue pour sa coupole que l'on doit à l'architecte de la Renaissance Filippo Brunelleschi. C'est une des coupoles les plus célèbres du monde occidental. Cette coupole est la plus grande coupole maçonnée jamais construite et elle était à l'époque la plus grande tout court. Elle est d'ailleurs d'une taille impressionnante par rapport à l'édifice qu'elle surmonte. C'est une oeuvre majeure de l'architecture renaissante italienne et elle contribua à la reconnaissance de la ville comme une des plus importantes villes d'art européennes.

Pour le reste, je trouve que la cathédrale est beaucoup plus belle extérieurement qu'intérieurement (hormis la décoration de la coupole et les pavements qui sont assez impressionnants il faut l'avouer), d'autant que la structure du quartier ne laisse pas beaucoup de recul pour l'observer, ce qui accentue encore sa monumentalité. Elle apparaît, immense et magnifique au détour des ruelles de la vieille ville : émerveillement garanti !

 

XIX_century_print-_Piazza_della_signoria-_firenze.jpg- Piazza della Signoria

Cette place est l'une des plus importantes de Florence, historiquement et artistiquement.

Historiquement, c'estune place civique où avaient lieu les festivités de la ville. C'est également là que fut torturé et brûlé le célèbre Savonarole. C'est également sur cette place que l'on peut voir la copie du David de Michel-Ange à l'emplacement où l'original fut placé lors de sa création/

Sur la piazza della signoria, on trouve la Loggia dei Lanzi, véritable musée en plair air, où l'on peut observer quelques sculptures célèbres de Donatello, Cellini ou Giambologna. La plupart sont bien entendu des copies pour des soucis de conservation mais l'endroit est fort agréable !

 

boboli.jpeg- Jardins du Boboli

Le Boboli est un immense parc créé au XVIe siècle situé près du Palais Pitti. C'est un endroit agréable pour la promenade, surtout au printemps, où l'on peut voir des grottes, sculptures, fontaines et jeux aquatiques. Lorsque l'on se trouve tout en haut du parc, on a une superbe vue sur la ville.

En revanche, je vous le déconseille l'été où la plupart des fontaines ne sont pas en eau et où tout est très sec à cause de la chaleur. A réserver pour un voyage printanier ou automnal.

 

ponte-vecchio-01.jpg- Ponte vecchio

Incontournable à Florence, le Ponte vecchio. Ce pont qui traverse l'Arno tout près du musée des Offices est célèbre à cause des boutiques qui y ont été construites à la Renaissance sur le pont lui-même des 2 côtés. A l'origine on y trouvait principalement des bouchers ou des tanneurs qui profitaient de leur situation pour jeter leurs ordures directement dans le fleuve. Aujourd'hui orfèvres et bijoutiers les ont remplacés pour le plus grand plaisir des touristes fortunés.

C'est le premier pont qui fut construit pour traverser le fleuve, dès l'Antiquité.

 

david.jpg- Galerie de l'Académie

Pour les plus courageux et les amoureux de l'art, la Galerie de l'Académie est un passage obligé. Cette toute petite galerie abrite LE David de Michel-Ange, le seul, l'unique, le vrai.

On peut y voir également de nombreuses peintures (principalement des retables) des maîtres de la Renaissance, donc pour les amateurs de peinture religieuse.

 

 

 

- Musée des Offices (mais que si vous avez minimum une 2e journée ^^)

Bon je vais pas non plus vous faire l'affront de vous présenter le célèbre musée des Offices... c'est juste que je ne pouvais pas faire un article sur Florence sans le citer

Repost 0
Published by livres-etc - dans Un jour - une ville
commenter cet article
20 janvier 2011 4 20 /01 /janvier /2011 08:00

image_1685_v2_m56577569830538147.jpg      En farfouillant dans des vieux cartons, je suis tombée sur une VHS d'un documentaire passionnant : La guerre du Louvre.

Ce film de Jean-Claude Bringuier présente l'épopée du sauvetage des oeuvres majeures du plus grand musée du monde pendant l'occupation allemande.
Il raconte comment quelques hommes ont bravé tous les dangers, désobéissant parfois aux ordres pour faire "disparaître" 4000 oeuvres d'art parmi lesquelles la Joconde, la Vénus de Milo, la Victoire de Samothrace ou les Noces de Cana au nez et à la barbe des soldats allemands pour les empêcher de tomber entre leurs mains.


guerre-louvre.jpgDes convois énormes ont silloné les routes de France dans la plus grande clandestinité pour mettre à l'abri ces témoins de l'Histoire du monde.

Ce documentaire est très émouvant et relate 6 années de dangers, de peurs, mais aussi des moments d'intense émotion lors de l' "aération" des tableaux les plus célèbres pour éviter les problèmes de conservation. Certains passages m'ont touchée, comme celui où il montre la fabrication de lettres géantes formant les mots "musée du Louvre" qui furent disposées tout près d'un des dépôts provisoires pour éviter les bombardements ou encore les yeux pleins d'étoiles d'enfants découvrant la Joconde dans des conditions exceptionnelles.

 

Malheureusement, ce documentaire est aujourd'hui très difficile à trouver et je n'ai pas trouvé d'extraits sur internet à joindre à cet article.

D'ailleurs si l'un d'entre vous en trouve un, merci de me le signaler que je puisse le rajouter

8_3_229851edf6.jpg

 

 

Pour compléter le sujet, une exposition photographique a eu lieu au Louvre en 2009, intitulée "Le Louvre pendant la guerre"

Repost 0
18 janvier 2011 2 18 /01 /janvier /2011 08:00

Au cours de mes recherches, je suis tombée par hasard sur un recueil de provençalismes corrigés pour les écoliers en français "raisonnable" après qu'un préfet local ait souligné au début du XIXe siècle que trop de mots en provençal étaient utilisés à l'école.

Vraisemblablement, des recueils de ce type se sont multipliés entre 1829 et 1880.

Si certaines expressions ne sont plus du tout utilisées aujourd'hui, le plus drôle reste les explications données pour apprendre à parler correctement le français, témoignage d'une lutte sans merci contre les régionalismes linguistiques. La Provence fut l'une des régions les plus résistantes dans ce domaine avec l'action de Frédéric Mistral et la création du félibrige (encore actif aujourd'hui).

C'est aussi en lisant ce genre d'ouvrage que l'on se rend compte que certains mots employés courament en Provence ne sont en fin de compte pas du tout français (je me suis fait avoir sur quelques uns j'avoue)

 

Petit extrait pour vous donner une idée de cet ouvrage intitulé "Les provencalismes corrigés" (de J.B. Reynier, 1870)

 

"J'ai envie de t'emplâtrer !

Dites : J'ai envie de te souffleter !

Emplâtrer n'est pas français et un bon emplâtre ne peut guère être donné que par un pharmacien"

 

"Malon, malonage, maloner

Dites : Carreau, carrelage, carreler (...)

Malon, malonage, ni maloner ne sont français, et moellon que l'on emploie quelquefois pour éviter ce provencalisme ne présente pas le même sens."

 

"Qué

Dites, selon les circonstances : Hé ! Hé bien ! Quoi ? Que dis-tu ?

Qué est un mot provençal dont on doit absolument s'abstenir en parlant français !"

 

"Votre enfant patouille dans le ruisseau

Dites : votre enfant patrouille dans le ruisseau.

Patouiller n'est pas français, mais un r de plus seulement fait ici toute la différence du provençal au français"

(J'émets ici une réserve...

patouiller et patrouiller ne veut pas dire du tout la même chose !)

 

Enfin, une qui m'a fait bien rire

"Cet homme est un cochon, cette femme est une cochonne

Dites : Cet homme est malpropre, cette femme est malpropre

Cochon comme adjectif n'est pas français, et cochonne par conséquent, qui serait le prétendu féminin de cet adjectif, encore moins"

Ouais... sauf que si c'est une cochonne, c'est une cochonne...

Repost 0
17 janvier 2011 1 17 /01 /janvier /2011 08:00

 

Genève (CH)

 

IMGP7218.JPG

Repost 0
Published by livres-etc - dans Photo de la semaine
commenter cet article
15 janvier 2011 6 15 /01 /janvier /2011 08:00

Eh oui, quand j'étais ado, je vouais une admiration sans bornes au travail photographique de Man Ray.


ManRay-self-portrait-p.jpg

Du coup, hop un p'ti article !

 

 

Petit rappel biographique

Emmanuel Rudzitsky, alias Man Ray, peintre et photographe américain du mouvement dadaïste puis surréaliste est né en 1890 à Philadelphie et mort en 1976 à Paris.

Ami de Marcel Duchamp il fait partie du mouvement Dada (mouvemen intellectuel, littéraire et artistique des années 1915-1925 qui prônait une remise en cause de toutes les contraintes idéologiques quelles qu'elles soient et dont faisaient partie Marcel Duchamp, Jean Arp, Otto Dix ou Max Ernst).

En 1921 il part à Paris et rejoint les surréalistes menés par André Breton.

 


man-ray-larmes-7200042.jpg

Les oeuvres photographiques

Certaines de ses photos sont très connues, d'autres moins...

Son oeuvre fut considérée pendant longtemps comme une des plus inventives de son temps.

Il photographia notamment les artistes qu'il fréquente à Paris mais aussi des compositions mêlant photographie et techniques picturales pour un rendu particulier et facilement reconnaissable.


Je vous laisse juger par vous même à travers cette toute petite sélection


ManRay1.jpgManRay-XL.jpgManRay_dancer_v.JPG

Repost 0
13 janvier 2011 4 13 /01 /janvier /2011 08:00

Jusqu'au début février, le musée du Louvre organise plusieurs expositions autour du XVIIIe siècle.

Si l'on excepte la première partie ("L'Antiquité en livres 1600-1800") qui s'est achevée le 3 janvier, il nous reste encore 2 expositions à voir en ce début d'année !

 

204891-antique-une-jpg_99675.jpgLa première, "Le Louvre au temps des Lumières" (jusqu'au 7 février 2011), présente cette période un peu particulière que fut le XVIIIe siècle dans l'histoire du Louvre, époque où les intellectuels et artistes d'y réunissent, y vivent parfois et y débatent. C'est aussi à cette époque que le Louvre se dirige lentement mais sûrement vers sa destination actuelle, celle d'un musée mondialement reconnu.

 

5405_xxl.jpgLa deuxième partie, de mon point de vue certainement la plus intéressante pour la compréhension de l'évolution des formes artistiques à l'époque moderne (qui pour nous autres historiens de l'art va de la Renaissance à la Révolution française). Il s'agit de "L'Antiquité rêvée, innovations et résistances au XVIIIe siècle". Cette exposition, visible jusqu'au 14 février, présente une sélection d'oeuvres d'art illustrant la naissance du néoclassicisme européen. Dans tous les domaines artistiques et même littéraires, l'Antiquité fut une source d'inspiration quasi illimitée. La redécouverte des grands sites archéologiques européens ont bien entendu contribué fortement à cet engouement pour une époque si lointaine qui n'avait pas saisi ainsi les artistes depuis la Renaissance italienne.

 

 

Pour plus de renseignements :

 

Le Louvre au temps des Lumières

L'Antiquité rêvée

Repost 0
12 janvier 2011 3 12 /01 /janvier /2011 08:00

Début d'année oblige, voilà un petit classement perso de mes lectures 2010 (j'ai fait un peu la flemmarde cette année je le reconnais ) dans l'ordre croissant de préférence

 

 

Histoire de passer le temps...

- Le cercle du mal, Tess Gerritsen

- Cette nuit là, Linwood Barclay

- Into the wild, Jon Krakauer

- Marilyn et JFK, François Forestier

- Les orphelins du mal, Nicolas Estienne d'Orves

cercle du malinto the wildmarilyn et jfkorphelins du mal cette nuit là-copie-1


 

Pour un bon moment de détente !

 

- Les 5 personnes que j'ai rencontrées là haut, Mitch Albom

- La chambre des curiosités, Douglas Preston & Lincoln Child

- Piège nuptial, Douglas Kennedy 

- La part de l'autre, Eric-Emmanuel Schmitt

5personnes que j'ai rencontré...chambre curiositéspiège nuptialla part de l'autre

 

 

Véritables Coups de coeur

- God save la France, Stephen Clarke

 - La vague, Todd Strasser

- Les morsures de l'ombre, Katrin Giebel

 - No et moi, Delphine de Vigan

 

 

god save la francela vaguemorsures de l'ombre    no et moi    

 

 

Mon Top 3 de l'année !!!

- Mes illusions donnent sur la cour, Sacha Sperling

- La route, Cormac Mc Carthy

- Maintenant qu'il fait tout le temps nuit sur toi, Mathias Malzieu


mes illusionsla-routemaintenant...malzieu

Repost 0
Published by livres-etc - dans Mes classements
commenter cet article

Présentation

  • : Livres, etc...
  • Livres, etc...
  • : Partage de mes coups de coeur artistiques, littéraires ou autres, l'actualité du patrimoine culturel, des fiches artistes, des voyages... :)
  • Contact

Twitter

Archives

En ce moment je lis

chaan-la-rebelle.jpg          

Mes publications...

 

- ""Diventare francese", la naturalisation des génois en Provence (1620-1730)", La Haute vallée de l'Arc, bulletin de la SERHVA, n°124, octobre 2013

 

- "Sculpteurs-marbriers provençaux : les Veyrier et la carrière de Trets", dans Marbres de Rois, actes du colloque international tenu (Versailles 2003), Presses universitaires de Provence, 2013, pp. 81-90

 

- Atlantes & Cariatides, Editions Edilivre - collection Universitaire, 2012

241073 LCU C14 3 - Copie

 

- "Sculpteurs et marbriers : les Veyrier et la carrière de Trets", Provence Historique, tome LX - fasc. 239, janvier mars 2010, pp. 67-79


- "Des berges de la Garonne à la construction du magasin des Marbres du Roi à Bordeaux", Bulletin monumental (chronique), n°169-1, 2011, p. 81


- "L'empreinte des archevêques sur Puyricard" (en collaboration avec Sophie Bergaglio) dans Sebastien AUBLANC & Sophie BERGAGLIO, Puyricard, images et histoires, Ed. des lilas, 2012, pp. 56-65