Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
25 novembre 2010 4 25 /11 /novembre /2010 16:00

Nous voilà avec une fête dont tout le monde a entendu parler, celle des catherinettes, les jeunes femmes de 25 ans n'ayant pas trouvé de mari !

 

cc_002055.jpg

 

 

Sainte Catherine

Un petit rappel tout d'abord pour se souvenir de celle qui est à l'origine de cette fête...

Nous parlons donc ici de Catherine d'Alexandrie, sainte et martyre de la religion catholique. Cette Catherine, née à Alexandrie donc, eut un jour une vision et décida de se convertir au christianisme. Jésus contracte avec elle un mariage mystique. Très intelligente, elle attise les convoitises masculines, notament celle de l'empereur Maxence qui lui propose un mariage royal... qu'elle refuse. Se sentant humilié, l'empereur décide de la soumettre au supplice. Elle subira sans succès la dislocation des membres et la roue avant de mourir décapitée.

Elle est la patronne des filles à marier (ce qui nous occupe aujourd'hui), mais aussi des théologiens, philosophes, orateurs, notaires, étudiants, meuniers, plombiers et tailleurs.

BM14-catherinette.jpg


Les catherinettes

La tradition des catherinettes remonte au Moyen Age où les filles de 25 ans qui n'étaient pas encore mariées se rendaient en cortège devant une statue de Sainte Catherine, affublées de chapeaux

extravagants et la "coiffaient" dans l'espoir de trouver un mari.

A cette époque, il était communément admis que 25 ans était un peu tard pour se marier, mais il était encore temps, à 30 ans ca commencait à faire long et les 35 ans sans être mariée marquaient l'entrée dans la catégorie des vieilles filles.


 

Le chapeau

Traditionnellement le chapeau de catherinette est jaune et vert. Vert pour symboliser la jeunesse et l'espérance, et jaune pour la foi et le temps qui passe. De mauvaises langues diront que le jaune symbolise le jaunissement du linge de maison du trousseau de la jeune fille

 

 

Cette tradition s'est perdue petit à petit (vu qu'il n'est plus du tout étrange pour une jeune femme d'être célibataire à 25 ans !) mais l'expression existe encore. Maintenant, il s'agit plus d'une petite blague entre filles que d'une vraie célébration. Toutefois, dans le 2e arrondissement de Paris, les catherinettes sont encore fêtées tous les ans, le 25 novembre !

Repost 0
Published by livres-etc - dans La petite histoire
commenter cet article
25 novembre 2010 4 25 /11 /novembre /2010 08:00

Même si cette fête n'existe pas en France, on en entend tellement parler dans tous les films, séries, livres, etc que faire un petit point sur ses origines et ce en quoi ca consiste me semble intéressant (ou pas... mais moi ca m'intéresse alors je partage )


      Thanksgiving se fête aux Etats-Unis le dernier jeudi de novembre  et donc pour 2010, c'est aujourd'hui le 25 (du coup vous aurez droit aussi à un article sur les catherinettes aujourd'hui vu que ca tombe le même jour !).

Au Canada en revanche, c'est le deuxième lundi d'octobre et les origines évoquées sont différentes. Je me pencherai aujorud'hui sur la fête américaine.


thanksgiving.jpg

     Les origines

Thanksgiving est une journée d'actions de grâce et de remerciements en mémoire des premiers anglais qui se sont installés sur le territoire américain, remerciement à Dieu pour les bonnes récoltes et aux indiens qui les ont aidés à survivre. Aujourd'hui cette fête est laïque.

Au tout début, il s'agissait plus d'une fête des moissons qu'autre chose. En effet, les premiers colons arrivèrent en 1620 sur le Mayflower. Le premier hiver fut très rude et beaucoup moururent dès la première année. L'année suivante, en 1621 donc, tout se passa pour le mieux et ils décidèrent de faire une fête de remerciement, le premier "Thanksgiving".

En 1676, le conseil de Charlestown se réunit pour déterminer quel était le meilleur jour de l'année pour célébrer cette fête. Ils choisirent alors le 29 juin.

Il fallut attendre 1789 pour que cela devienne une fête nationale, sous l'impulsion de Georges Washington.

Vous allez me dire : mais on parle du mois de juin alors que Thanksgiving se fête en novembre ! Eh bien en réalité, c'est le président Lincoln qui proclama en 1863 que Thanksgiving devrait se célébrer le dernier jeudi de novembre. Depuis lors, la date a changé quelques fois vu que chaque président après lui a proclamé la date qu'il voulait, jusqu'en 1941 où Franklin Roosevelt la déclare "legal holiday". Depuis, il est établi que cette fête aura lieu tous les ans, le dernier jeudi du mois de novembre.


Les symboles

turkey.gif

En premier lieu, la dinde bien sûr et le gâteau au potiron. Le repas traditionnel est en général composé de la dinde rôtie accompagnée d'une sauce aux airelles et d'une tarte ou gâteau au potiron (la pumpkin pie).

Chaque année d'ailleurs, le président gracie symboliquement une dinde ce jour là (quelle drôle d'idée !)

 

macys-thanksgiving-day-parade.jpg

 

 

Les activités

Il s'agit en l'occurence d'un repas, famillial la plupart du temps. Malgré tout, c'est l'une des fêtes les plus importantes pour les américains (si ce n'est LA plus importante).

thanksgiving.gif

Depuis 1924 il y a chaque année la parade de Thanksgiving, organisée à New York par les grands magasins Macy. Il s'agit d'un défilé avec chars et ballons qui dure environ 3 heures et est retransmis à la télévision.

Depuis les années 1970, on observe de multiples manifestations ce jour là en mémoire des amérindiens pour qui la célébration de ce jour marque le début de la destruction de leur continent et des guerres indiennes.



Repost 0
Published by livres-etc - dans La petite histoire
commenter cet article
24 novembre 2010 3 24 /11 /novembre /2010 08:47

Promotion pour la page "Atlantes et cariatides : origine et définition" :

Je vous propose de découvrir les origines mythiques et légendaires que l'on donnait des atlantes, cariatides et autre supports anthropomorphes en France entre le XVIe et le XVIIIe siècle.

Ce document comporte environ 6 pages de descriptions, recoupements et analyse des différentes définitions et origines de ces figures emblématiques que l'on voit soutenir des balcons au fil des rues, le tout à partir des écrit théoriques sur l'architecture de l'époque pré-citée.

 

Cette page est un extrait de mon mémoire de recherches universitaires de DEA (Master 2) en Histoire de l'Art (obtenu avec mention TB)

Lire la page "Atlantes et cariatides : origine et définition".

Repost 0
Published by livres-etc
commenter cet article
23 novembre 2010 2 23 /11 /novembre /2010 08:00

Du 27 au 29 mai 2011 se tiendra à Fontainebleau le premier festival de l'histoire de l'art, manifestation créée par le Ministère de la Culture.


Chateau-de-Fontainebleau-la-cour-d-Honneur_illustration_dos.jpg

 

Cette manifestation ouverte à tous aura pour but de présenter des conférences, des débats, des ateliers pédagogiques, des projections de films et documentaires sur des artistes célèbres, mais aussi des forums dédiés à l'actualité de l'histoire de l'art (que ce soit l'actualité de la recherche, du marché de l'art ou bien de l'utilisation des nouvelles technologies, les nouvelles techniques de fouilles, etc).
Chaque année un thème sera choisi et un pays mis à l'honneur. Pour cette première édition, le thème retenu est la folie dans l'art et le pays l'Italie (pour célébrer le 500e anniversaire de la parution de l'"Eloge de la folie" d'Erasme).

Peut-être le moyen de découvrir une discipline non pas méconnue mais mal connue !

 

A vos agendas !


Repost 0
22 novembre 2010 1 22 /11 /novembre /2010 08:00

(Made in Nyon (CH)

 

IMGP6618.JPG

Repost 0
Published by livres-etc - dans Photo de la semaine
commenter cet article
21 novembre 2010 7 21 /11 /novembre /2010 08:00

Un petit site assez bien fait pour découvrir la sculpture italienne

des origines au XXe siècle.

On peut faire la recherche par sculpteur ou par époque, ce qui peut s'avérer bien pratique.

(le site est entièrement en italien par contre) :

 

La scultura italiana

Repost 0
19 novembre 2010 5 19 /11 /novembre /2010 08:00

Pour changer un peu d'air et oublier la grisaille du ciel, je vous propose une journée à Taormina sous le chaud soleil de la Sicile !

 

carte-taormina.jpg      Taormine, dans la province de Messine en Sicile est une petite ville de 11 000 habitants.

La légende de la fondation de la ville raconte que des marins grecs ayant oublié de faire leurs dévotions à Neptune échouèrent sur la côté sicilienne au niveau de l'actuelle Taormine. Un seul réussit à survivre et, de retour en Grèce, il raconta à ses compatriotes les beautés et les richesses qu'il avait vues sur cette terre. Certains furent convaincus et décidèrent d'aller s'y installer.

La ville actuelle fondée par les romains après 403 av J.C est située à 5 km de l'ancienne cité grecque (le site antique de Naxos).
Au Moyen-Age, c'est l'une des villes les plus importantes de Sicile grâce à sa situation géorgraphique entre Messine et Catane.
Au début du XXe siècle, Taormine devient un lieu privilégié de vilégiature pour les artistes et les intellectuels européens. C'est aujourd'hui encore une destination touristique prisée et assez onéreuse il faut le dire. C'est principalement du tourisme haut de gamme qui s'y pratique.

 

Taormina est une jolie petite ville en bord de mer, d'où l'on voit la Calabre toute proche. Des hauteurs de la vieille ville, on peut très nettement voir l'Etna qui s'élève majestueux à l'horizon.

Le climat y est particulièrement agréable été comme hiver grâce à sa végétation abondante, contrairement au reste de la Sicile plutôt sec et aride.

  IMGP5939.JPG

 

Côté pratique : Office du tourisme, Piazza Santa Caterina, Palazzo Corvaja

 

A voir


villes-3203.JPGThéâtre antique (greco-romain)
Le théâtre grec de Taormine fut modifié à l'époque romaine. Il se situe en plein coeur de la ville, tout en haut de la colline sur laquelle elle fut construite. Certains gradins sont taillés à même la roche.
 

Il est remarquablement conservé et l'on peut voir leIMGP5942.JPGs différents modes de construction (en pierre à l'époque grecque et en briques à  l'époque  romaine). Il date vraisemblablement du IIIe siècle av. JC puis a été modifié un siècle plus tard pour s'adapter aux jeux romains.

 Il sert encore aujourd'hui pour des festivals de musique lyrique par exemple.

 Du théâtre, on peut profiter d'un panorama exceptionnel avec la mer d'un côté et l'Etna de l'autre, qui descend en pente douce jusqu'à la mer.

Au-dessus du théâtre il y a un belvédère qui permet de profiter des paysages paradisiaques qui entourent la ville. Même les jours un peu brumeux, on sent la force du volcan en activité malgré la distance à laquelle on se trouve du géant de feu.


IMGP5945.JPGGiardini di Villa communale

Aujourd'hui parc communal, ce jardin était autrefois privé. Sa propriétaire, Lady Florence Trevelyan, y observait les oiseaux et a fait construire pour cela plusieurs bâtiments écclectiques et assez exotiques.

Ces constructions originales forment un ensemble harmonieux et confèrent au lieu une atmosphère poétique. La végétation luxuriante, qui contraste tellement avec celle du reste de l'île, et la promenade en terrasse sur la mer en font un lieu très agréable.


IMGP5946.JPG

Centre ancien

La vieille ville médiévale de Taormina s'articule autour du Corso Umberto I. La vieille cité aux rues escarpées n'est pas très grande et on peut en faire le tour en quelques heures, même en flânant.

 

Taormine est une ville très agréable pour faire une petite halte d'un jour ou plus,

au gré de vos envies !

Repost 0
Published by livres-etc - dans Un jour - une ville
commenter cet article
18 novembre 2010 4 18 /11 /novembre /2010 08:00

Beaucoup d'entre vous ont du entendre la grande nouvelle de la rentrée scolaire 2010 : l'enseignement obligatoire de l' "Histoire des Arts" en écoles primaires, collèges et lycées.

 

Ce n'est pas l'envie qui me manque depuis quelque temps déjà (bien avant la mise en place de cet enseignement) de parler un petit peu de la différence fondamentale qui existe entre Histoire DES arts et Histoire DE l'art...

N'en déplaise à certains, ce n'est absolument pas la même chose !!!

Le débat existe depuis bien longtemps maintenant mais voyons un peu de quoi il s'agit exactement.

 

 

histoire-des-arts.jpg

 

Selon le ministère de l'Education Nationale, il y a 6 grands domaines artistiques qui sont les suivants :

  • Arts de l'espace : architecture, arts des jardins ;
  • Arts du langage : littérature (récit, poésie) ;
  • Arts du quotidien : design, objets d'art ;
  • Arts du son : musique (instrumentale, vocale) ;
  • Arts du spectacle vivant : théâtre, danse, cirque, marionnettes ;
  • Arts du visuel : arts plastiques, cinéma, photographie

 

 

Ce sont ceux là qui seront donc étudiés. Bien entendu, je me permet de souligner que malgré cette initiative, il n'existe toujours pas de CAPES ou d'Agrégation dans cette nouvelle discipline et que l'enseignement sera donc assuré par des professeurs d'Histoire-Géographie, de Français ou encore d'Arts plastiques...

Vous allez me dire "mais où est le problème ?"

Le problème n'est pas dans ce nouvel enseignement à mon sens puisque cela me semble être une bonne chose que de développer un peu la culture artistique de ces chers collégiens et lycéens que cela ne peut que leur apporter une ouverture d'esprit supplémentaire.

 

En revanche, il existe depuis des siècles maintenant une discipline... l'Histoire de l'art. Dans notre pays, contrairement à d'autres comme l'Italie par exemple, l'Histoire de l'art n'est enseignée que dans le cadre de l'option Arts plastiques au lycée (et donc encore une fois par un professeur dont ce n'est pas la spécialité... passons) et à l'Université.

Il est tout de même surprenant de constater que malgré la très grande similitude de l'intitulé, les deux choses n'ont que peu en commun et surtout que les domaines artistiques principaux n'aient pas été inclus dans les 6 présentés par l'Education Nationale.

 

meduse.jpg

A l'Université (et dans les cours d'option Arts Plastiques en lycée) voilà de quoi se compose le programme :

      - Etude des arts majeurs (peinture, sculpture, architecture)
      - Histoire des civilisations de l'Antiquité à nos jours
      - Iconographie, théorie de l'art, techniques artistiques...
      - Arts décoratifs (gravure, tapisserie, enluminure, marqueterie, orfèvrerie, mosaïque, céramique, etc...)
      - Préservation et conservation du patrimoine
     - Médiation culturelle


Où se trouvent donc ces "domaines artistiques" qui ne me semblent pas moins "grands" que ceux choisis par l'Education Nationale dans cette nouvelle matière ? Pourquoi ne pas créer un CAPES adapté ? Et puis, à long terme, quelle surprise pour les lycéens passionnés par l'Histoire DES arts s'ils décident de poursuivre à la fac de découvrir que l'Histoire DE l'art n'a strictement rien à voir avec ce qu'ils ont étudié jusque là...

Il est d'après moi bien dommage que les enseignements composant l'Histoire DE l'art aient été ainsi écartés de l'Histoire DES arts... mais ce n'est que mon avis personnel après tout !

 

Quelques liens :

- La tribune de l'art qui a consacré plusieurs articles à ce débat

- La page de l'Education Nationale sur cette discipline

- Repères / Ministère de la culture

Repost 0
17 novembre 2010 3 17 /11 /novembre /2010 08:00

dieu-est-une-femme.jpg

 

Sous-titre : "L'année de mes 14 ans"

 

   Grosse claque le petit "Dieu est une femme" !!! Surtout quand on réalise qu'Arianne Fornia, l'auteur, avait réellement 14 ans lorsqu'elle l'a écrit...

Il s'agit d'une satyre de la société, de ses codes et de ses normes. Notre narratrice commente tout ce qu'elle voit, ce qu'elle entend, ce qu'elle perçoit et ce qu'elle comprend.

Elle décrypte le monde qui l'entoure... le monde vu à travers les yeux d'une ado mature et déjà cynique.

Avec un humour parfois caustique, parfois complètement décalé, elle nous fait partager ses impressions et ses ressentis face à des situations courantes et souvent banales comme un couple qui s'embrasse dans la cour du lycée, des parents qui divorcent, les courses au supermarché, une campagne électorale en milieu rural... le ballet des aéroports... Ca apporte un peu de fraîcheur dans notre univers follement codifié et encadré.

Les descriptions, qu'elles soient visuelles, sonores ou émotionnelles, sont très précises et subtiles.

En un mot, je me suis régalée à le lire, relire et re-relire

 

4e de couverture :

Comment s'en sortir lorsqu'on a 14 ans, dans un monde où l'adolescent-roi semble plus incompris que jamais ? Avec une surprenante maturité, Ariane Fornia raconte son univers quotidien. Douée d'un irrésistible sens de l'humour (noir), elle dresse un impitoyable inventaire : le collège de province où sévit la compétition du look, l'apprentissage de la guerre des sexes, l'horreur des cours de maths, la frénésie de la consommation, la carrière politique d'un père député... Portée par une intelligence précoce, cette chronique évoque les grandes et petites aliénations du cobaye adolescent d'aujourd'hui, des fast-foods aux jeux vidéos en passant par les stars du petit écran... et la quête d'un sens à la vie.

Un livre décapant pour tous les parents désespérés d'abriter à domicile ce monstre de cynisme qu'est l'adolescent. Et pour tous les adolescents désespérés de découvrir la férocité du monde.

 

Ma note : 5/5

Repost 0
Published by livres-etc - dans Critiques en toc
commenter cet article
16 novembre 2010 2 16 /11 /novembre /2010 08:00

no-et-moi.jpg

 

C'est demain que sort l'adaptation ciné de No et moi, superbe roman de Delphine de Vigand, dont j'avais fait la critique il y a quelque temps (critique No et moi)


Réalisé par Zabou Breitman, on y retrouve Nina Rodriguez (Lou), Julie-Marie Parmentier (No), Zabou Breitman et Bernard Campan (parents de Lou).

 

 

Repost 0
Published by livres-etc - dans Cinem'art
commenter cet article

Présentation

  • : Livres, etc...
  • Livres, etc...
  • : Partage de mes coups de coeur artistiques, littéraires ou autres, l'actualité du patrimoine culturel, des fiches artistes, des voyages... :)
  • Contact

Twitter

Archives

En ce moment je lis

chaan-la-rebelle.jpg          

Mes publications...

 

- ""Diventare francese", la naturalisation des génois en Provence (1620-1730)", La Haute vallée de l'Arc, bulletin de la SERHVA, n°124, octobre 2013

 

- "Sculpteurs-marbriers provençaux : les Veyrier et la carrière de Trets", dans Marbres de Rois, actes du colloque international tenu (Versailles 2003), Presses universitaires de Provence, 2013, pp. 81-90

 

- Atlantes & Cariatides, Editions Edilivre - collection Universitaire, 2012

241073 LCU C14 3 - Copie

 

- "Sculpteurs et marbriers : les Veyrier et la carrière de Trets", Provence Historique, tome LX - fasc. 239, janvier mars 2010, pp. 67-79


- "Des berges de la Garonne à la construction du magasin des Marbres du Roi à Bordeaux", Bulletin monumental (chronique), n°169-1, 2011, p. 81


- "L'empreinte des archevêques sur Puyricard" (en collaboration avec Sophie Bergaglio) dans Sebastien AUBLANC & Sophie BERGAGLIO, Puyricard, images et histoires, Ed. des lilas, 2012, pp. 56-65