Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
4 mars 2012 7 04 /03 /mars /2012 08:00
Repost 0
Published by livres-etc - dans Mes classements
commenter cet article
1 mars 2012 4 01 /03 /mars /2012 08:00

hunger games 2Nous revoilà en compagnie de Katniss Evergreen dans ce 2e volume des Hunger Games.


Il y a eu les Jeux, ok. Et après allez vous me dire ?

Après ? Après c'est l'explosion, c'est la guerre, c'est la révolte...

Après c'est un redoublement d'hypocrisie, de sournoiseries et de cruauté...

Après c'est tout aussi prenant et mouvementé que tout ce qui s'est passé jusqu'alors !


Katniss se retrouve en danger après avoir, un peu malgré elle, déclenché une véritable soif de révolte dans les districts de Panem. Evidemment ce n'est pas du goût de tout le monde ! Cette nouvelle année qui débute par la Tournée de la victoire (histoire de rappeller à tout le monde qu'on va encore prendre 24 innocents et les envoyer d'entre-tuer à la télévision), s'achèvera par les Jeux de l'Expiation.

Ces jeux là ne se produisent que tous les 25 ans... les règles ne sont pas les mêmes... vous devinez ?

Non vous ne devinez pas ! Vous devinez sûrement une partie comme je l'avais deviné moi-même mais vous êtes loin d'imaginer la chute...

 

Le rythme est soutenu, bien adapté aux évènements ou aux états d'âme des personnages, avec des ralentissements et des accélérations pile au bon moment. Comme le premier tome, c'est toujours très facile d'accès et personne ne peut se perdre en chemin. L'héroïne ne comprend pas bien ce qui lui arrive alors forcément nous on ne cherche pas à en comprendre plus qu'elle... on attend qu'on nous explique ! 

Bref, facile d'accès, pas de longueur, bon rythme, bon suspense... un bon bouquin qui vide la tête, dans lequel on plonge et qui nous enveloppe.


Petit bémol tout de même : ce 2e tome est très frustrant !!! Il s'arrête comme ca en plein suspense, laissant des dizaines de questions sans réponse. Allez, je vais acheter le 3e, je vous raconterai la fin (ou pas) 

 

 

4e de couverture :

Après le succès des derniers Hunger Games, le peuple de Panem est impatient de retrouver Katniss et Peeta pour la Tournée de la victoire. Mais pour Katniss, il s'agit surtout d'une tournée de la dernière chance. Celle qui a osé défier le Capitole est devenue le symbole d'une rébellion qui pourrait bien embraser Panem. Si elle échoue à ramener le calme dans les districts, le président Snow n'hésitera pas à noyer dans le sang le feu de la révolte. A l'aube des Jeux de l'Expiation, le piège du capitole se referme sur Katniss...

 

Ma note : 4/5

 


Repost 0
Published by livres-etc - dans Critiques en toc
commenter cet article
26 février 2012 7 26 /02 /février /2012 08:00

Statistique_referencemnet.jpgQuand on est jeune, on nous dit "dans la vie soit t'es un littéraire, soit t'es un matheux". Si t'es un matheux tu aimes la physique, la chimie et les maths (les chiffres, les fioles et les trucs qui explosent, les trucs de plantes, la chlorophylle tout ca...) et si t'es un littéraire à toi l'histoire, le français et les langues (et peut-être même la musique pour développer ta créativité à la flûte à bec parce que tout le monde sait que tous les grands musiciens ont commencé par la flûte à bec ).


Alors moi, la catégorie "matheux" je sais pas trop ce que ca veut dire vu que je n'ai jamais eu l'insigne honneur d'en faire partie (et vu ce que j'ai écrit dans le paragraphe précédent, je suis sûre que vous vous dites que j'ai loupé ma vocation) !

Moi j'étais pas une matheuse non... j'étais une littéraire, une gratte papier, une rêveuse, une "toujours dans les nuages", une "tu veux pas lâcher ton bouquin ?" ou un "rat de bibliothèque" (oui parce que rate de bibliothèque ca faisait bizarre). Bref, vous avez compris, je vous fais pas un dessin !

 

1985929333_1.jpgAlors qu'est-ce que vous voulez, à l'école j'étais forte en dictée et je luttais pour les tables de multiplications, au collège je faisais des super fiches de lecture mais j'ai jamais saisi la différence entre un volt et une ampère, puis je suis allée au lycée préparer un bac L évidemment en me coltinant encore quelques cours de maths par ci par là, je suis rentrée à la fac en choisissant une de "ces disciplines qui ne servent à rien" et je me suis dit : Je suis sauvée ! Je galère pour retenir les dates mais ca va s'arrêter là ! 


Eh bien non ! Voilà-ti pas que maintenant je dois me coltiner des statistiques avec des diagrammes, des camemberts (et ils se mangent pas ceux-là), des pourcentages et tout et tout...
Vous qui manipulez les chiffres comme une danseuse enfile ses pointes vous vous marrez bien je le sais mais moi... bin moi je pleure...


anxiete-matheux-295x288.jpgPour vous dire à quel point mon cas est grave et désespéré, l'autre jour j'ai passé presque une heure à me souvenir comment on calcule des pourcentages et après encore presque une heure pour arranger le tout dans un petit camembert avec des jolies couleurs (oui je sais que "camembert" c'est pas le vrai nom, pas la peine de me huer tout de suite).

Alors comme je suis quand même historienne de l'art, après avoir bien galéré j'ai au moins fait une jolie présentation, j'ai choisi des couleurs qui s'harmonisent bien entre elles, j'ai fait des variations de formes et de modèles de diagrammes et de tableaux... parce que même quand c'est chiant ca peut être joli ! Et puis surtout j'ai écrit un grand texte pour expliquer tout ca, ca me rassure.

 

Ma thèse, mon drame, ou comment j'en suis venue passer une journée entière à faire des statistiques alors qu'on m'avait promis que quand on est littéraire "on lit des livres, on récite des poèmes et on n'a qu'un seul outil à maîtriser : le stylo" (parce qu'à l'époque on écrivait encore avec des stylos et pas beaucoup avec les claviers). Publicité mensongère oui !


Repost 0
Published by livres-etc - dans Ma thèse et moi
commenter cet article
23 février 2012 4 23 /02 /février /2012 08:00

et surtout ne te retourne pasIsabel Connelly - Raine, écrivain, se retrouve en quelques heures catapultée dans un univers qui n'est pas le sien. Cambriolage, meurtres, escroquerie et disparitions se multiplient (tellement vite qu'on se demande si ca va finir par s'arrêter). Après la disparition soudaine de son mari, sans un mot mais dans la violence, elle décide de partir à sa recherche pour comprendre les raisons de sa disparition dans un premier temps puis de tous les mensonges par la suite.

 

 

"Et surtout ne te retourne pas" est un peu le thriller "traditionnel". Tous les codes du genre sont respectés, rien ne dépasse, rien ne s'échappe... rien ne surprend. Cette disparition qui aurait pu n'être qu'un point de départ lointain est en fait juste le centre de l'histoire. Finalement dès le début on sait ce qui se passe et il n'y a donc guère de surprise. Quelques personnages secondaires qui meurent... bon ok, ca ne change pas grand chose, quelques "révélations" secondaires aussi. En bref, dès les 50 premières pages on connait déjà le début et la fin, les 430 suivantes servent à nous expiquent comment on passe justement du début à la fin et les 15 dernières nous font un résumé de tous les évènements dans l'ordre (au cas où on n'ait pas très bien compris).

 

 

Ce n'est pas un mauvais roman non plus, plutot facile à lire malgré les digressions temporelles et les changements de narrateur qui sont parfois un peu curieusement placés.

Pour passer le temps...

 

 

4e de couverture :

Isabel et Marcus : pour tous LE couple parfait. Mais un soir, il ne rentre pas et le cauchemar commence. Agressée par de feux agents du FBI, interrogée par la police, dépouillée de tous ses biens, Isabel voit son univers s'effondrer lorsqu'elle reçoit un texto de Marcus : "Oublie-moi. Fais comme si j'étais mort. Et surtout ne te retourne pas..."

 

Ma note : 2/5

 

Repost 0
Published by livres-etc - dans Critiques en toc
commenter cet article
19 février 2012 7 19 /02 /février /2012 08:00

livre-puyricard.jpgAujourd'hui, petit coup de pouce à Sophie Bergaglio et Sébastien Aublanc, auteur et photographe du livre "Puyricard, mémoire et images d'autrefois" qui sortira le 28 mars 2012.


Il s'agit d'un livre illustré de vieilles cartes postales et de photos mais aussi de gravures et photos inédites du village et de son territoire provenant des archives.

Avec ces images, et sous forme de chapitres, des petits bouts de la mémoire du village s'égrènenet, de la construction du château Grimaldi jusqu'aux environs de 1914 grâce à des anecdotes retrouvées dans les archives et vieux journaux.

 

 

Si vous êtes intéressés par cet ouvrage, il est disponible en souscription à 13 € jusqu'au 5 mars 2012. Le prix de vente après sa sortie le 28 mars sera de 24 €.

 

Passionés d'art, d'histoire ou de belles photos, cet ouvrage est pour vous ! 

 

Pour le commander, rien de plus facile, vous envoyez votre chèque (à l'ordre de SA Photo) et vos coordonnées par courrier ou bien vous prenez vos petits pieds pour vous rendre directement à l'adresse suivante :

 

SA PHOTO

17 rue du Grand Logis

13510 Eguilles

 

Pour plus de renseignements : le site de SA Photo

Repost 0
Published by livres-etc - dans Coup de pouce
commenter cet article
18 février 2012 6 18 /02 /février /2012 08:00

tom petit tomCe petit livre avec ses tomates en couverture traînait depuis des mois et des mois dans ma PAL sans que jamais je ne me décide à l'ouvrir.

 

Eh bien j'ai eu tort ! C'est l'histoire de Tom (ca je suis sûre que vous ne l'auriez jamais deviné tout seuls !), 11 ans, un pti gars très débrouillard qui vit avec sa mère de 24 ans (oui oui vous pouvez compter et recompter c'est bien ca) qui ne pense qu'à aller se faire réduire les seins. Ils vivent tous les deux dans un mobil-home et sont toujours à l'affut d'une bonne combine pour gagner 4 sous ou un peu de nourriture.

Leur vie n'est pas facile et petit Tom n'est pas malheureux mais il n'est pas vraiment heureux non plus au fond. Et puis, et puis... la découverte d'un papa, des animaux, des bouquets de fleur, tout un tas de petits et de grands évènements !

 

En vérité, c'est surtout l'histoire de la rencontre de Tom avec madame Madeleine, une vieille dame de 93 ans qui n'habite pas très loin de chez lui et avec qui il va sympathiser et tisser jour après jour un lien très fort. 

 

Un roman qui parle de famille, d'enfance, d'amitié, d'amour... et de légumes !

Un roman très touchant, qui donne le sourire, très humain en somme.

Je n'en dirai pas plus, pour moi un vrai régal !

 

 

4e de couverture :

Tom a onze ans. Il vit dans un vieux mobil-home déglingué avec Joss, sa mère (plutôt jeune : elle l'a eu à treize ans et demi). Comme Joss aime beaucoup sortir tard le soir, tomber amoureuse et partir en week-end avec ses copains, Tom se retrouve souvent tout seul. Et il doit se débrouiller.

Pour manger, il va dans les potagers de ses voisins, pique leurs carottes, leurs pommes de terre... Mais comme il a très peur de se faire prendre et d'être renvoyé à la Ddas, il fait très attention, efface soigneusement les traces de son passage, replante derrière lui, brouille les pistes.

Un soir, en cherchant un nouveau jardin où faire ses courses, il tombe sur Madeleine (quatre-vingt-treize ans). Couchée par terre au milieu de ses choux, en train de pleurer, toute seule, sans pouvoir se relever. Elle serait certainement morte, la pauvre vieille, si le petit Tom (petit homme) n'était pas passé par là !

 

Ma note : 4.5/5

 


Repost 0
Published by livres-etc - dans Critiques en toc
commenter cet article
14 février 2012 2 14 /02 /février /2012 08:00

Saint-Valentin2-e1297377512651.jpgAmes romantiques s'abstenir, vous risquez d'être fort déçus...


Oui, aujourd'hui 14 février, c'est la Saint Valentin. Il y a plusieurs écoles : il y a ceux qui vont se précipiter chez le fleuriste, préparer un dîner romantique ou une sortie originale, offrir un cadeau à son amoureux(se) et tout le grand tralala... et puis il y a les autres, ceux qui ne feront rien parce que je cite "il n'y a pas de date pour célébrer l'amour", "c'est trop commercial" ou bien "moi je fais pas comme tout le monde, j'attends pas le 14 février pour faire des cadeaux".

Bon, chacun sa tactique, peu importe finalemen !

 

 Les origines

Comme d'habitude nous voilà de retour dans l'Antiquité pour les origines de cette fête. Nous sommes toujours dans la première moitié du mois de février et si vous avez bien suivi avec l'histoire de la chandeleur et de mardi gras, nous sommes donc toujours dans la période des Lupercales romaines.

Lors de ces Lupercales, les prêtres du dieu Faune sacrifiaient un bouc (ou un chèvre). D'après certaines légendes, les luperques, après avoir sacrifié l'animal, partaient dans les rues de Rome (ou d'ailleurs) toucher des jeunes femmes avec un fouet en peau de bouc ou de morceaux de l'animal pour les rendre fertiles (classe n'est-ce pas ?)

Un peu plus tard, au début du Moyen-Age, les jeunes filles célibataires s'éloignaient de leur village à cette date pour attendre qu'un jeune homme vienne les retrouver et les couples ainsi formés étaient mariés dans l'année.

La Saint-Valentin, fête des amoureux arrive donc assez tard, bien longtemps après la récupération par l'Eglise catholique de cette fête, comme à l'habitude afin de supprimer tous les reliquats des fêtes païennes.

 

 Monsieur Valentin, saint de son état

1923-saint-valentin-reunion-974.jpgValentin est un moine ayant vécu à Rome au IIIe siècle. Il y a plusieurs versions de son histoire mais celle qui revient le plus souvent et qu'ayant aidé les chrétiens persécutés, il se retrouva emprisonné. Là, il sympathisa avec la fille du geolier qui était aveugle. Un jour, alors qu'ils discutaient, elle recouvra la vue. Il fut alors condamné à mort, roué de coups puis décapité.

On raconte aussi qu'il célébrait des mariages en secret pendant la période d'interdiction des mariages des soldats sous l'empereur Claude II le gothique.

Où est la vérité dans tout ca ? aucune idée !

 

Je vous conseille un petit tour sur le site de La France pittoresque pour plus de détails sur le religieux en question

 

 Et les amoureux dans tout ca ?

st-valentin.jpgC'est au XIVe siècle que l'on voit apparaître un lien entre Valentin et les amoureux de façon plus évidente. En Angleterre, des billets contenant des déclarations d'amour et autres mots doux qui s'échangent entre amoureux sont appelés des "Valentins". Cette coutume se répand ensuite dans d'autres pays, dont le notre, et ainsi naît la Saint-Valentin, fête des amoureux.

Le "valentinage" dans l'aristocratie anglo-saxonne, au-delà de l'échange de billets doux, consistait à associer "au hasard" un jeune homme et une jeune fille pendant une journée. Ils devaient durant cette journée converses, s'offrir des cadeaux et se comporter de manière galante.

 

 Les petites croyances

Il existe également quelques croyances liées au mariage en cette saison de Saint-Valentin. Exemple : avec le retour du printemps, les oiseaux commencent à ressortir. Ainsi, une jeune fille qui croiserait au matin de la Saint-Valentin la route d'un rouge-gorge se mariera avec un marin. Si elle croise un moineau, ce sera un mariage heureux avec un homme pauvre et si c'est un chardonnet un mariage avec un homme riche.

 

 

Comme toujours, il y a à prendre et à laisser dans tous ces mythes et légendes. 

Pour conclure, amoureux ou pas en ce jour de Saint-Valentin, pensez à être heureux !

Repost 0
Published by livres-etc - dans La petite histoire
commenter cet article
11 février 2012 6 11 /02 /février /2012 08:00

Ce qui est bien avec l'art, c'est que toutes les formes d'expression artistique finissent toujours par s'entrecroiser à un moment où à un autre. Moi par exemple, j'aime la sculpture, la danse, la musique, le cinéma, la littérature et un peu la peinture aussi... Eh bien quels que soient le style, l'époque, la manière ou la forme d'expression artistique, on peut y retrouver les autres. 


Joueuse de guitare - WERMEERLa peinture permet bien évidemment de "laisser voir" toutes les autres mais ca marche dans tous les sens. Les expressions de la langue française illustrent parfaitement ce mélange. Ne parle-ton pas de "l'écriture d'un ballet", de la "couleur d'un morceau de musique", de "l'architecture d'un film", de la "musicalité d'un texte" ? 

 


Aujourd'hui, les guitaristes en peinture. Evidemment il existe des centaines, des milliers, des... enfin beaucoup, de tableaux sur ce sujet. Du coup j'en ai choisi quelques uns en piochant dans les noms connus :


LE concert au bas relief - Valentin de BOULOGNE - 17ejoueuse-de-guitare---HONTHORST-Gerrit---17e.jpgLe-concert---SPADA-Leonello---17e.jpg

 

Dans l'ordre, pour le XVIIe :

- La joueuse de guitare de Wermeer

- Le concert au bas-relief de Valentin de Boulogne

- La joueuse de guitare de Gerrit Honthorst

- Le concert de Leonello Spada

 

le joueur de guitare - MANET - 1860El-descanso---PORION-Charles--19e.jpgfemme-jouant-de-la-guitare---RENOIR---1897.jpg

 

Pour le XIXe :

- Le joueur de guitare de Manet

- El descanso de Charles Porion

- Femme jouant de la guitare de Renoir

 

Arlequin à la guitare - JUAN GRIS - 1919Femme-jouant-de-la-guitare---PICASSO.jpg

 

Pour le XXe :

- Arlequin à la guitare de Juan Gris

- Femme jouant de la guitare de Picasso

 

 

creation-of-the-guitar-800x.jpg

 

Repost 0
8 février 2012 3 08 /02 /février /2012 08:00

hunger games 1J'ai eu envie de m'attaquer à ce bouquin après avoir fait quelques recherches sur les meilleurs ventes ado pour vous aider pour vos achats de Noël. De toute la liste c'est cette série là qui a attiré mon attention... et je ne le regrette pas !

J'ai dévoré ce premier tome et je suis déjà impatiente de lire la suite !!!

En attendant, je vais déjà vous parler de celui-ci...

 

Hunger games c'est une histoire assez troublante ! Nous sommes dans un avenir plus ou moins lointain, on ne sait pas trop, à Panem, le pays qui a remplacé les Etats-Unis après un cataclysme. 13 districts ont été mis en place par le Capitole (l'instance qui a le pouvoir sur tout le pays). Après une rébellion du 13e district et son élimination pure et simple, le Capitole met en place les Hunger games. Il s'agit d'un jeu de télé-réalité que tout le monde est obligé de regarder. Ici, deux jeunes par district, qui ont entre 12 et 16 ans, sont tirés au sort chaque année pour participer à ces "jeux". Le gagnant est tout simplement celui qui survit... 

Le but est que le peuple soit maintenu dans la terreur, le Capitole leur rappelant chaque année qu'il a suffisement de pouvoir pour tuer ses enfants uniquement pour se divertir, laissant entendre qu'il est capable de bien pire !

Dans ce premier tome, on fait la connaissance de Katniss Evergreen du district 12, la "fille du feu". On suit page à page son avancée dans les jeux, sa survie coûte que coûte.

Je ne vous en raconterai pas plus pour ne pas gâcher le suspense 

 

J'ai trouvé ce bouquin tellement prenant que je l'ai dévoré en seulement quelques jours ! Cette jeune fille, Katniss, est très attachante et il est très facile de s'identifier à elle. Elle se bat bec et ongle pour survivre dans sa vie quotidienne au ditrict 12, ce qui la prépare on pourrait dire depuis toujours à son destin. Comment va-t-elle s'en sortir dans l'arène ?

Ce n'est pourtant pas simple et on peut en venir à se poser les mêmes questions qu'elle : suis-je capable de tout pour survivre ? Si je devais tuer quelqu'un que je ne connais pas pour sauver ma peau, serais-je capable de le faire ? Quand la vie est en jeu, que faire des sentiments ? 

Malgré qu'on la sente forte et solide, maligne et agile, on ne peut quand même jurer de rien. Il y a toujours un élément qui vient tout remettre en question et fait repartir la lutte de zéro (ou presque).

Enfin bon... moi j'ai adoré  !!!

 

 

4e de couverture :

Les Hunger Games ont commencé. Le vainqueur deviendra riche et célèbre. Les autres mourront...

Dans un futur sombre, sur les ruines des Etats-Unis, un jeu télévisé est créé pour contrôler le peuple par la terreur.

12 garçons et 12 filles tirés au sort participent à cette sinistre téléréalité, que tout le monde est forcé de regarder en direct. Une seule règle : survivre, à tout prix.

Quand sa petite soeur est appelée pour participer aux Hunger Games, Katniss n'hésite pas une secomde. Elle prend sa place, consciente du danger. A 16 ans, Katniss a déjà été confrontée plusieurs fois à la mort. Chez elle, survivre est comme une seconde nature.

 

Ma note : 4/5

 

Je viens d'apprendre qu'une adaptation ciné sort le mois prochain alors je vous mets la bande annonce (pi je pense même que j'irai le voir tiens, je suis toujours une grande adolescente au fond !)


 

Repost 0
Published by livres-etc - dans Critiques en toc
commenter cet article
4 février 2012 6 04 /02 /février /2012 08:00

archives.jpgQuand je dis que je vais bosser aux archives, en général ca soulève tout un tas de questions

(et encore plus avec les photos !)

du genre :

 

- Ca fait pas tousser la poussière ? et t'as les yeux qui piquent ?

- Y a pas des vieux microbes là-dedans ?

- Et ca a quel âge ca ?

- Mais on peut les toucher pour de vrai les livres ?

- Et moi ? je pourrais moi, si je voulais, aller tripoter des vieux papiers ?

- Et t'as pas peur de t'empoisonner comme dans le nom de la rose ?

...etc...etc...

 

Pour répondre vite fait, je dirai : parfois, parfois, aucune idée, entre 300 et 400 ans, oui, oui, non. Ca c'est fait !


Pour vous et rien que pour vous, voilà à quoi ressemble une journée aux archives :


Déjà on se lève tôt (plus ou moins selon la distance entre la maison et le dépôt d'archives) parce qu'il faut pas croire qu'on va aux archives comme on va à la bibliothèque... pour 2h ca ne sert pas à grand chose de se déplacer, sauf si on a 10 ou 15 ans devant soi pour finir ses recherches !

 

Une fois arrivé(e), on fourre tout son tas de bordel dans un casier. Dans la plupart des dépôts de nos jours, on ne rentre qu'avec cahier, ordi, appareil photo et crayon gris. Eh oui, pas de veste, de sac, de pochette ni même de stylo. La liste qui précède des objets autorisés est exhaustive !


Moi je me choisis toujours stratégiquement une place avec une bonne lumière pour les photos, pas trop loin du comptoir où on récupère et où on rend les documents (sait-on jamais qu'on chope un carton très lourd et encombrant), à bonne distance des autres lecteurs et du bureau quand c'est possible (pour éviter les désagréments des discussions sur la nouvelle bêtise de junior, les prévisions de grève ou le dernier jeu vidéo tendance).

Bon il faut dire que vu que ce sont très souvent les mêmes personnes qui viennent et que chacun a étudié consciencieusement la disposition de la salle en fonction de ses besoins (ouvrages à portée de main, plus près de la porte, lumière, etc), on se retrouve régulièrement au même endroit sans même le faire exprès !


archives-2.jpg

 

Bref, me voilà prête ! Maintenant, je dois allumer l'ordinateur, aller sur le serveur des archives et passer commande des 3 documents que je peux demander pour la première levée.

Aaaaah la levée !!! Un grand moment !!! Chaque "levée" a lieu à une heure bien précise. Si on fait notre demande 3 minutes trop tard, hé bien tant pis il faut attendre la suivante (en général entre une demi-heure et une heure plus tard). La demande est passée à temps, ouf ! maintenant il n'y a plus qu'à attendre que le magasinier descende dans les entrailles du bâtiment avec son chariot et remonte le précieux document où l'on va trouver, c'est sûr, le texte qui va tout changer !

(A ce stade là, j'espère que vous avez compris le "pour 2h ca ne sert pas à grand chose de se déplacer")

 

Le magasinier revient, on va chercher le joli carton, registre, pochette ou autre renfermant les plus grands secrets de l'Histoire... ou pas !

Au boulot ! Il ne reste plus qu'à trouver le bon folio (= page), partir à la recherche de la fin du texte quand ce sont des liasses reliées (comme des feuilles doubles encastrées les unes dans les autres, et donc la 2e page n'est pas à la suite de la 1ere sinon ce serait trop facile), et bien entendu arriver à lire !

IMGP9064.JPGCar une des difficultés de la recherche en archives, une fois familiarisé avec le fonctionnement, les différentes séries (j'y reviendrai dans un autre article) ou bien le fait de savoir "où trouver quoi", c'est bel et bien la lecture... que dis-je... le déchiffrage !

Heureusement, comme tout historien ou historien de l'art un peu chanceux, j'ai pu suivre des cours de paléographie durant ma formation initiale et c'est comme le vélo, ca revient tout seul 

 

La journée se déroule ainsi, levée après levée, carton après carton, registre après registre. Il y a des jours où on a beau faire on ne trouve rien du tout, des jours où on a plus de chance et où on tombe sur des perles... Oui, la recherche en archives demande de la méthode, de l'organisation, de la patience... mais aussi de la chance !

Fin de séance, mal au dos, mal aux yeux, mains sales... on remballe tout et on rentre à la maison.
Maintenant place au tri des photos et aux joies de la transcription (ca aussi je vous expliquerai plus tard

 

...à la prochaine...


Repost 0
Published by livres-etc - dans Ma thèse et moi
commenter cet article

Présentation

  • : Livres, etc...
  • Livres, etc...
  • : Partage de mes coups de coeur artistiques, littéraires ou autres, l'actualité du patrimoine culturel, des fiches artistes, des voyages... :)
  • Contact

Twitter

Archives

En ce moment je lis

chaan-la-rebelle.jpg          

Mes publications...

 

- ""Diventare francese", la naturalisation des génois en Provence (1620-1730)", La Haute vallée de l'Arc, bulletin de la SERHVA, n°124, octobre 2013

 

- "Sculpteurs-marbriers provençaux : les Veyrier et la carrière de Trets", dans Marbres de Rois, actes du colloque international tenu (Versailles 2003), Presses universitaires de Provence, 2013, pp. 81-90

 

- Atlantes & Cariatides, Editions Edilivre - collection Universitaire, 2012

241073 LCU C14 3 - Copie

 

- "Sculpteurs et marbriers : les Veyrier et la carrière de Trets", Provence Historique, tome LX - fasc. 239, janvier mars 2010, pp. 67-79


- "Des berges de la Garonne à la construction du magasin des Marbres du Roi à Bordeaux", Bulletin monumental (chronique), n°169-1, 2011, p. 81


- "L'empreinte des archevêques sur Puyricard" (en collaboration avec Sophie Bergaglio) dans Sebastien AUBLANC & Sophie BERGAGLIO, Puyricard, images et histoires, Ed. des lilas, 2012, pp. 56-65