Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
3 février 2012 5 03 /02 /février /2012 19:31

Bien bien bien, faut que je partage ma joie !


Je vous annonce solennellement que je viens de recevoir l'accord pour la publication de mon premier essai en histoire de l'art 


Je vous en dirai plus tout bientôt !

Repost 0
Published by livres-etc - dans Ma thèse et moi
commenter cet article
3 février 2012 5 03 /02 /février /2012 08:00

Trainer sur le net, ca fait faire des découvertes !

Aujourd'hui : Scoop.it !


InternetCe site est pas mal du tout pour suivre les actualités qui vous intéressent. Vous vous inscrivez, vous créez votre page et vous sélectionnez les critères de recherche par mot-clés et hop on vous balance tout ce qui paraît sur le net susceptible de vous intéresser.

Ensuite, rien de plus simple, vous créez votre "magazine" perso en rediffusant les articles, sites, blogs, etc qui vous paraissent intéressants et que vous souhaitez partager !

 

Je me suis vite empressée de faire ma petite page Histoire de l'art & littérature et en quelques heures seulement, je suis tombée sur quelques infos bien intéressantes (comme la découverte d'une 2e Joconde au musée du Prado par exemple)...

 

Bref, j'approuve et vous le conseille ! Un bon moyen de rester au top de l'actualité dans votre domaine de prédilection 

Repost 0
Published by livres-etc - dans Pour le fun :o)
commenter cet article
1 février 2012 3 01 /02 /février /2012 12:00

Allez hop j'ai trouvé un nouveau truc pour vous embêter, vous donner chaque mois le classement des 10 articles les plus lus. Sait-on jamais que ca vous donne envie d'en relire certains !

 

Les 10 articles les plus lus au mois de janvier sont... tadadam : 

 

 

1. Les 25 livres les plus vendus au monde

2. Les 50 livres qu'il faut avoir lus (il parait)

2. ex-aequo Travailler avec des cons - Tonvoisin Debureau

3. La petite histoire de la fête et des rois et de la Befana

4. La petite histoire de la Chandeleur

5. La saga Bernin 1 : les grands groupes du cardinal Borghese

6. Les voyages culturels Clio

7. La saga Bernin 2 : les extases mystiques

8. La petite histoire de Thanksgiving

9. Un film / un livre : la jeune fille à la perle

10. Pierre Puget au XIXe siècle

 

 

N'hésitez à pas à continuer à farfouiller dans les vieilleries à la recherche de votre bonheur 

Repost 0
Published by livres-etc - dans Mes classements
commenter cet article
1 février 2012 3 01 /02 /février /2012 08:00

god save les françaisesAprès God save la France, que j'ai lu il y a pas loin de 2 ans, voilà qu'un peu par hasard, sans l'avoir vraiment cherché, je me retrouve en train de lire la suite...

 

Plus romancé que le précédent, moins caustique aussi, cette suite sous-titrée "A (new) year in ze merde" est essentiellement centré sur la vie sentimentale de Paul.

Il nous raconte ses aventures avec les françaises, son incompréhension parfois de leurs réactions (mais finalement n'est-ce pas le lot de tout les hommes que d'avoir du mal à comprendre comment fonctionnent les femmes ?), la rencontre avec des beaux-parents assez surréalistes et ses vacances vraiment pourries en Corrèze, le retour à Paris, un retour de flammes avec un ex (française elle aussi) et pour finir un beau foutoir dans sa vie nouvellement construite dans la pays des baguettes, des fromages qui puent et des crottes de chien sur les trottoirs.

Bien sûr il nous parle de ses projets professionnels (monter un salon de thé anglais à Paris), on retrouve ici et là des personnages que nous avions rencontré dans le tome précédent (l'ex-patron Jean-Marie par exemple), quelques nouvelles découvertes de la vie "à la française" (comme la vie en Corrèze, les vacances en famille, etc), mais...


Mais finalement hé bien force est de constater que français, anglais ou peu importe, nous sommes tous égaux face à l'amour. En fin de compte, ce qui faisait le côté savoureux de God save la France se perd un peu dans l'universalité des déboires sentimentaux.


Un petit cran en dessous pour ma part, parce moins exotique, moins raffraîchissant et surtout moins drôle, mais tout de même un pti roman agréable à lire, facile d'accès et divertissant. Un roman qui sent l'été, la plage

 

4e de couverture :

Après la France, les françaises. Pour Paul West, sujet de Sa Majesté, zigzaguer entre les crottes de chiens n'était déjà pas si simple. Sans parler du charabia de l'anglais parisien et toutes choses qu'un Englishman in Paris serait bien inspiré, dans sa vaine espérance de survie, d'appréhender illico...

Mais comprendre le beau sexe quand celui-ci a une mère française et un père français, oh my god ! Quand passer des vacances en famille signifie rénover la fosse septique, récolter des courgettes, désamianter le toit et se rendre coupable d'une tentative de matricide, il y a de quoi en perdre son franglais...
Entre apéritifs à répétition et embrouillaminis amoureux, c'est à peine si Paul West trouvera le temps d'envisager de rentrer chez lui...

 

Ma note : 2.5/5

 

 

 

Repost 0
Published by livres-etc - dans Critiques en toc
commenter cet article
31 janvier 2012 2 31 /01 /janvier /2012 08:00

borghese

Alléchante expo que celle qui se tient depuis le 7 décembre et jusqu'au 9 avril 2012 à la Villa Borghese à Rome !


Comme son titre l'indique, on parle ici des Borghese et d'Antiquité, et plus précisément de la collection de sculptures antiques constituée par la famille Borghese.

 

centaure-borghese.jpgOn sait à quel point cette famille fut influente à l'époque moderne à Rome. C'est à l'occasion de cette exposition que pour la première fois depuis sa constitution (soit plus de 200 ans), une grande partie de la collection d'antiques va se retrouver dans son lieu d'origine.

Pour cela le Musée du Louvre a apporté une grosse contribution en envoyant une soixantaine d'oeuvres à Rome (du département des antiquités grecques, romaines et étrusques).

 

Les marbres Borghese, propriété de la France depuis le début du XIXe siècle, ont été la plus importante acquisition d'antiques par le musée du Louvre (musée central des Arts puis musée Napoléon à l'époque). C'est donc aujourd'hui un grand évènement que le retour, pour 4 mois, de ces pièces imposantes et superbes.

Je rêve déjà d'un voyage à Rome pour aller emplir mes yeux de paillettes (de marbre bien sûr) et d'ajouter le catalogue à ma bibliothèque en rentrant...

 

hermaphrodite-borghese.jpgD'après son dossier de présentation, cette exposition "exceptionnelle et unique célèbre le patrimoine historique et artistique italien à l'occasion du 150e anniversaire de l'Unité"

 

 

Parallèlement à l'expo, des ateliers découverte pour les enfants ont été prévus (ce qui se fait de plus en plus en France également et ce qui est de mon point de vue une très bonne chose).

 

Plusieurs parcours sont prévus selon les âges :

 

- pour les plus petits, aller-retours successifs du musée au "laboratoire" avec pour thématique le passage du dessin au relief et à la sculpture tridimensionnelle (2h)

- pour la taille au dessus  : parcours sculpture classique et sujet mythologique avec visite d'1h dans le musée (récits des mythes antiques et analyse des sculptures) puis 1h d'activité pratique en laboratoire (initiation à la restauration)

- en enfin pour les plus grands : mythes et techniques, avec visite d'1h dans le musée (récits des mythes, initiation à l'iconographique des dieux et héros de l'antiquité) puis initiation à la taille pendant 1h.

 

Bon bien entendu tout cela n'est possible que si vos enfants parlent italien... On peut toutefois constater qu'il est possible que certains de ces enfants chanceux ressortent au bout de 2h avec autant de connaissances que des étudiants français de première année universitaire en histoire de l'art après un semestre... je dis ca, je dis rien, je me comprend et certains de mes lecteurs me comprendront également 

 

En résumé, c'est à n'en pas douter très belle expo que celle-ci. N'hésitez pas à me faire part de vos impressions si vous avez l'occasion de vous rendre à Rome pour la voir. 

Voilà, je viens de décider sur un coup de tête que je vais y aller ! je vous ferai un compte rendu à mon retour (mi-mars) ! En attendant n'hésitez pas si vous passer par Rome 


Au passage, tant que vous y êtes, n'oubliez pas de vous laisser aller à la rêverie devant les sublimes oeuvres du Bernin à la Galerie Borghèse (cf : La Saga Bernin (1) : les grands groupes du cardinal Borghèse) !

 


Repost 0
28 janvier 2012 6 28 /01 /janvier /2012 08:00

pause-detente-thesard-L-1.jpegDepuis presque 2 ans que je traîne mes guêtres par ici, il est peut-être temps que je vous raconte un peu ce que je fais de mes journées...

 

Hormis le fait que je suis la reine des lasagnes, que j'aime la bière et le rock n'roll, que ma couleur préférée est le rouge et que j'ai un chat-panzé semi sauvage comme animal de compagnie, que j'ai la poisse quand je prend le train et que je ne peux pas me passer longtemps du chaud soleil de ma Provence natale, figurez vous que mon activité quotidienne principale (lorsque je ne suis pas obligée de m'adonner à des activités professionnelles parfois peu réjouissantes pour remplir mon figo) consiste à (essayer de) faire une thèse.

 

Eh oui, je fais partie de ces innombrables thésards qui, pour la plupart des gens, cherchent des trucs qui "ne servent à rien"... eh oui, je fais une thèse en histoire de l'art.

Malgré le fait évident que mes travaux ne vont pas changer la face du monde, guérir des maladies orphelines ou aider à maintenir la paix dans le monde, eh bien j'ai au moins la chance de faire chaque jour quelque chose que j'aime... et ca, ca n'a pas de prix !

Alors voilà, je fais une thèse. Bon, jusque là tout va bien (ou presque). C'est un peu le parcours du combattant, surtout quand a eu la "chance" que j'ai eu d'avoir un léger différend avec son directeur de thèse quant à la propriété intellectuelle de ses propres travaux. Hum, je vous fait pas un dessin... J'ai donc du tout recommencer à zéro il y a 3 ans maintenant. Youpi !

ma-these-20120116_135152.jpg

 

Spécialiste de sculpture du XVIIe siècle, je travaille actuellement sur les relations entre la Provence et la Ligurie dans ce domaine. Plus précisément, j'étudie la place de la sculpture génoise en Provence à l'époque moderne, les voyages de sculpteurs, pourquoi on leur commande des oeuvres plutot qu'à des artistes locaux, etc.


Puget---Enlevement-d-Helene---Genes.jpgParallèlement à cela, le phénomène inverse m'intéresse aussi puisque j'ai travaillé là-dessus pendant 4 ans (c'était le sujet de ma première tentative de thèse) et plus généralement les sculpteurs provençaux des XVIIe et XVIIIe siècles et leur rapport avec l'Italie (oui je suis pas la reine des lasagnes pour rien, ce sont mes origines qui parlent là !) mais aussi le travail du marbre (carrières de Provence).

 

J'y reviendrai plus tard, dans d'autres articles (sur mes recherches, pas les lasagnes), pour vous faire partager les joies et les galères de mes virées aux archives, avancées et autres grands moments de Vis ma vie de thésarde 

 

 

 

PS : Bon, après si ca vous gonfle, n'hésitez pas à vous manifester 

 

 

Ah tiens quelques liens sympas pour ceux qui sont dans le même cas que moi :


- La guilde des doctorants (pas mis à jour depuis 2009, dommage)

- Le journal d'un thésard, blog relatant la vie d'un doctorant au quotidien

- le génialissime Thèse de merde, mon préféré, un bon moment de détente (et ca rassure de voir qu'on n'est pas tout seul dans la galère !)

Repost 0
Published by livres-etc - dans Ma thèse et moi
commenter cet article
25 janvier 2012 3 25 /01 /janvier /2012 08:00

madame vous etesou "Quand enseigner devient un enfer... un prof témoigne"


Bon alors pour être claire d'entrée, je sais que je risque de pas me faire que des amis avec cette critique, mais j'assume !


J'espérais, en commençant ce livre, que pour une fois on allait éviter (vu que c'est une jeune prof qui écrit) les stéréotypes du genre, la stygmatisation des profs, la globalisation du ras-le-bol ou la diabolisation des élèves... non, bon, admettons.


Il est évident, à travers cette lecture mais aussi les rencontres, les discussions, expériences personnelles, etc, que le métier de prof est loin d'être évident. Tous les problèmes évoqués dans ce livre sont malheureusement une réalité. Jusque là nous sommes d'accord...

Charlotte Charpot parle beaucoup de la situation en Belgique (c'est un peu effrayant), beaucoup plus que de ce qu'elle a vécu durant ses premières années d'enseignement en France.


Je trouve dommage qu'au bout de quelques chapitres on tourne un peu en rond avec 3-4 idées de départ qui sont tournées et retournées dans tous les sens, du point de vue du prof français, du prof belge, des syndicats, etc :

- bouh je suis prof je suis mal payé je suis malheureux (c'est bien connu qu'il n'y a que les profs qui sont sous-payé par rapport à leur niveau d'études... parole de doctorante gagnant le SMIC quand elle a la chance de trouver un job)

- bouh les élèves ils sont méchants (bon là ok, c'est la partie la plus tendue du boulot de prof que de se retrouver devant des ados sauvages toute la journée)

- tout le monde est injuste avec nous et personne nous écoute (t'as lu Pierre et le loup ?)

- nos conditions de travail sont super dures et personne peut comprendre, pi c'est mieux dans le privé, ils ont de la chance EUX (c'est bien connu, l'herbe est toujours plus verte chez le voisin)

 

Bref, pour résumer, je trouve que ce livre manque un poil de recul. On sent parfaitement la souffrance de cette prof de français, tiraillée entre l'envie de bien faire son travail et les difficultés du terrain auxquelles elle est confrontée jour après jour sans y avoir été préparée, certaines idées sont intéressantes et mettent le doigt sur ce qui pose problème dans l'éducation aujourd'hui.

Cependant, pour celui ou celle qui n'a pas été confronté à des hordes d'ados ou de pré-ados en pleine rébellion, à la violence verbale et physique quotidienne ou à toutes ces choses qui font le quotidien de l'enseignant, pas suffisement d'exemples concrets. En gros, je pense que ce livre est écrit par une prof pour des profs (qui connaissent donc tout ce qui est décrit ici et n'ont pas besoin qu'on le leur explique).


Alors avant de me faire tabasser en règle, je voudrais juste apporter une nuance à quelques petites choses. J'y ai bossé dans l'Education Nationale, pendant plusieurs années (et principalement dans des établissements pas faciles faciles), et je vous assure que oui des profs qui trouvent encore du plaisir à exercer leur métier il y en a, que non ce ne sont pas des extra-terrestres, que oui ils ont à affronter des classes difficiles, la violence et tout le reste et que non ce n'est pas la seule solution que de s'asseoir sur une pierre et pleurer en espérant que ca va finir par passer et s'arranger tout seul !

Ah pi tiens au passage, malgré que je n'aie pas eu la "bonne" couleur de cheveux, la "bonne" tenue ou la "bonne" attitude bien sage et policée, ca ne m'a jamais empêché de bien faire mon job et je n'ai jamais eu de problème avec ca. J'ai eu de la chance ? peut-être... toujours est-il que des profs toutes de cuir vêtues arrivant sur un bolide à 2 roues, piercées et tatouées j'en ai vu, des profs aux vêtements colorés et évitant soigneusement le look vieille poussiéreuse acariâtre j'en ai vu aussi... alors par pitié, messieurs, mesdames les profs, le déguisement n'est pas obligatoire je vous assure ! Un peu de couleur égaiera vos matins chagrins 


Contrairement à ce que certains pensent (ou essaient de nous faire croire), on ne devient pas prof par dépit, enfin il me semble hein, ou parce qu'on ne sait pas faire autre chose. Charlotte Charpot insiste d'ailleurs plusieurs fois sur ce point et c'est une bonne chose ! Du coup, j'en profite pour citer un passage de ce livre qui résume parfaitement ma pensée et qu'il serait bon de rappeler à ceux se laissent entraîner au fond du gouffre, qui n'y arrivent plus mais qui insistent :


"Depuis quelques jours, je pense qu'il est singulier qu'aussi peu d'ensignants malheureux et mal payés songent à changer de branche d'activité. Ils se plaignent tous mais force est de constater une inertie générale qui ne leur donne pas la détermination d'appliquer leurs idées"

 

4e de couverture :

Jeune enseignante, Charlotte Charpot est parachutée pour sa première affectation dans la banlieue de Nîmes. Rien ne lui sera épargné : élèves insolents, caillassage de voiture et indifférence de leurs supérieurs. Après sa mutation à Bruxelles, les choses sont pires. La voilà plongée dans la réalité du "flexi-prof" qui enseigne aussi bien le français que l'histoire au milieu des insultes proférées par les élèves... ou les parents.
Derrière cet intinéraire malheureusement banalisé se cache la voix de centaines de professeurs en désarroi. Au-delà de ses désillusions personnelles, l'auteur dénonce la violence interne de l'Ecole : violence de l'abandon des enseignants par leur hiérarchie, violence verbale et physique des élèves, violence des réformes politiques mal adaptées...
Comment survivre dans de telles conditions ? 

 

Ma note : 2/5

 


Repost 0
Published by livres-etc - dans Critiques en toc
commenter cet article
22 janvier 2012 7 22 /01 /janvier /2012 08:00

2e série... (après Versailles en solo 1)


 

IMGP8110.JPGIMGP8177.JPG

IMGP8217.JPGIMGP8135.JPG

patrimoine-20111128_161507.jpgIMGP8194.JPG

Repost 0
20 janvier 2012 5 20 /01 /janvier /2012 08:00

Orgon-29-06-03.jpgLe costume paysan

 

Quelle que soit la région, dès que l'on commence à parler de costume traditionnel, la plupart des gens pensent "déguisement", grand tablier et coiffe sur la tête à la Petite maison dans la prairie. 

En Provence comme ailleurs, c'est beaucoup plus complexe que cela !

 

Il y a différentes sortes de costumes correspondant tout d'abord aux différentes époques mais aussi et surtout aux différentes classes sociales.
Posons tout d'abord que le costume traditionnel provençal que l'on peut voir dans la plupart des groupes folkloriques sont des reproductions (ou des originaux pour les chanceux) de vêtements portés dans les années 1820.

 

Petit point rapide aujourd'hui sur le costume paysan. On va commencer tranquillement par la liste des "pièces" composant la tenue féminine. On ne trouve dans ce type de costume de tissus dits "riches" comme soies, tafetas, etc, ni riches dentelles. Comme son nom l'indique il s'agit des habits d'une population rurale travaillant principalement dans le domaine agricole donc : pas de fioriture !

 

pour le bas,DSCN0095-X.JPG

- chaussettes colorées, rayées ou unies

- panti rayé 

- jupon rayé

- jupe rayée le plus souvent

- tablier en tissu simple, assez grand pour avoir des poches (l'autre option c'est d'avoir des poches amovibles sous la jupe)

 

Pour le haut,

- chemise blanche à manches 3/4 sans ornements particuliers (pas de dentelles par exemples) avec au mieux les initiales brodées

- corsage lacé devant blanc ou en couleur

- fichu coloré

- coiffe à large bord, le plus souvent en piqué

 

On rajoute à tout ça un châle ou une cape pour l'hiver et/ou un chapeau de paille (jaune ou noire selon l'âge et le statut marital) pour s'abriter du chaud soleil d'été lors des travaux des champs, à porter sur la tête ou dans le dos

 

... à suivre...

Repost 0
16 janvier 2012 1 16 /01 /janvier /2012 08:00

carte-buoux.jpgProfitant du mois de janvier exceptionnellement chaud et ensoleillé auquel nous avons droit cette année dans ma belle Provence, j'ai décidé la semaine dernière de retourner au Fort de Buoux, superbe site que j'avais visité étant enfant avec mes parents.

Eh bien... j'ai retrouvé les mêmes sensations ! Il faut dire que dès que je me trouve au milieu des arbres et des cailloux je suis heureuse (je me satisfait de pas grand chose finalement )


Revenons à nos moutons...


IMGP8881.JPGLe fort de Buoux se situe sur un grand plateau au coeur du Luberon, site occupé du paléolithique au XVIe siècle et surtout conservant des vestiges d'époques très différentes en un même endroit.


Pas de sens de visite, pas de barrière ni de quoi que ce soit, tout juste quelques pancartes pour se repérer sur le plan donné à l'entrée. Par conséquent, il vous faut pour cette visite de bonnes chaussures (il faut un peu crapahuter par endroits, surtout si vous êtes comme moi et que vous aimez bien aller farfouiller dans les cailloux, les grottes et autres lieux éloignés du "chemin") et surtout de bons yeux pour faire attention où vous mettez les pieds ! La visite est d'ailleurs déconseillée aux jeunes enfants et aux personnes âgées (sauf si vous voulez vous en débarasser mais c'est une autre histoire...) car assez dangereuse par endroits.


IMGP8890.JPGVous voilà donc partis sur le chemin de l'histoire !

Avant même l'entrée dans le fort à proprement parler, un abri sous roche impressionnant donne le ton avec quelques traces d'occupation préhistorique. Une petite grimpette gentillette plus tard, l'entrée du site où il vous faudra vous acquitter de la modique somme de 5 € en tarif plein et surtout, je dis bien surtout, NE PAS ECOUTER la gentille dame qui vous conseillera de redescendre par "l'escalier dérobé" (sauf si vous êtres très aventureux et casse cou ou que vous voulez finir au fond d'un ravin...)


IMGP8907.JPGTout au long de la visite vous découvrirez des vestiges gallo-romains (chemin d'accès, habitations, silos, murs de barrage, citernes), puis médiévaux (habitations, église, tour de garde, maison commune, maison forte, etc) puis un peu plus tardifs (remparts, une partie de la forteresse, donjon, etc).


La première demande de démolition de la citadelle sera demandée en 1587 mais ce ne sera que quelques décennies plus tard, dans les années 1660 sous le règne de Louis XIV que le site sera définitivement abandonné.

 

 

 

 

IMGP8904.JPGInfos pratiques :


Ouvert tous les jours du lever au coucher du soleil, sauf lorsque les conditions climatiques sont défavorables (pluie, brouillard, neige, etc)

 

Droit d'entrée : 5€ en tarif plein / 3€ en tarif réduit

 

Accès : le fort de Buoux se situe à proximité de la route allant d'Apt à Lourmarin. En provenance d'Aix ou Marseille : suivre Pertuis - Cadenet - Lourmarin - Apt.

 

Ah pi allez y le ventre plein ou en ayant prévu un pique-nique parce que dans les alentours, hormis aller jusqu'à Apt, il n'y a pas lourd pour se sustenter 

 

 

IMGP8928.JPGIMGP8936.JPG

Repost 0
Published by livres-etc - dans Info-Patrimoine
commenter cet article

Présentation

  • : Livres, etc...
  • Livres, etc...
  • : Partage de mes coups de coeur artistiques, littéraires ou autres, l'actualité du patrimoine culturel, des fiches artistes, des voyages... :)
  • Contact

Twitter

Archives

En ce moment je lis

chaan-la-rebelle.jpg          

Mes publications...

 

- ""Diventare francese", la naturalisation des génois en Provence (1620-1730)", La Haute vallée de l'Arc, bulletin de la SERHVA, n°124, octobre 2013

 

- "Sculpteurs-marbriers provençaux : les Veyrier et la carrière de Trets", dans Marbres de Rois, actes du colloque international tenu (Versailles 2003), Presses universitaires de Provence, 2013, pp. 81-90

 

- Atlantes & Cariatides, Editions Edilivre - collection Universitaire, 2012

241073 LCU C14 3 - Copie

 

- "Sculpteurs et marbriers : les Veyrier et la carrière de Trets", Provence Historique, tome LX - fasc. 239, janvier mars 2010, pp. 67-79


- "Des berges de la Garonne à la construction du magasin des Marbres du Roi à Bordeaux", Bulletin monumental (chronique), n°169-1, 2011, p. 81


- "L'empreinte des archevêques sur Puyricard" (en collaboration avec Sophie Bergaglio) dans Sebastien AUBLANC & Sophie BERGAGLIO, Puyricard, images et histoires, Ed. des lilas, 2012, pp. 56-65