Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
23 août 2013 5 23 /08 /août /2013 20:01

Un petit mot pour vous rassurer... non non non ce blog n'est pas à l'abandon !


Je suis un peu débordée depuis quelques mois entre les salons du livre, les colloques, les manuscrits à évaluer, les recherches, etc.

Là, je suis en pleine préparation d'un séjour de recherches d'un mois et demi à Gênes qui débute tout bientôt, dans un peu plus de 15 jours !

C'est que ca a l'air de rien mais c'est du boulot

Promis, dès que je rentre je vous raconterai toutes les belles choses que j'ai vues là-bas et peut-être même que je vous parlerai des belles découvertes que j'y aurais faites 


En attendant, si vous voulez en savoir plus sur ce que je fais de mes journées, vous pouvez faire un tour par ici : Facebook pour les curieux !


Bonne rentrée à vous tous et à très vite

 

Repost 0
Published by livres-etc - dans Ma thèse et moi
commenter cet article
1 mars 2013 5 01 /03 /mars /2013 08:00

Ca fait longtemps que je vous ai pas parlé de ma thèse... ca vous manquait pas vrai ? Non ? Tant pis, je vais quand même en parler !


6a00d8341cb44a53ef010534bfa6bb970c-800wi.jpgPourquoi aujourd'hui vous allez me dire ? Eh bien en fait, une amie que je ne citerai pas m'a fait remarquer que j'avais un emploi du temps quelque peu schizophrénique en ce moment... Du coup je me demande si c'est pas moi qui suis en train -ou du moins qui risque- de le devenir voyez (ca ou autre chose, je suis pas très regardante) ?


Je sais pas trop ce qui est le plus inquiétant entre le moment où je me lève le matin en me disant "OH MON DIEU ON EST BIENTOT EN MARS !!!!" (oui ca va être un mois trèèèèèès chargé mais pas de quoi paniquer dès le réveil non plus, pi après y a avril, puis mai et ainsi de suite) ou bien lorsqu'au détour d'une discussion somme toute très sérieuse sur mes recherches je lance innocemment "J'ai le Hercule Poirot qui pousse" (juste parce que je viens de trouver une nouvelle piste et que c'est génial)


Faut dire que faire une thèse, ce n'est déjà pas de tout repos. C'est beaucoup de travail, beaucoup de sacrifices et de concessions sur les choses de la "vraie vie", ca ne s'arrête jamais, le cerveau ne prend jamais de vacances (ou alors il s'arrête brutalement et là ca fait vraiment très peur). Evidemment à force, ca tape un peu sur le système !

D'autant que, ne nous leurrons pas, en tant que thésard, si on veut avoir quelques chances de s'en sortir, il faut théser ok mais aussi publier, participer à des colloques, des journées d'études... gagner sa croûte aussi parce que je le redis pour la 153e fois mais s'instruire et être passionné par ses recherches ca ne nourrit pas toujours son homme. J'en profite pour passer une annonce : si quelqu'un sait où trouver un frigo qui se remplit tout seul, pi qui ferait aussi toutes les tâches ménagères et tous les trucs ch***** à ma place, merci de me communiquer les coordonnées !


conciliation-travail-famille2.jpgAlors voilà, des journées d'études, des colloques, des publications : ca se prépare ! Et figurez vous en plus on peut faire des propositions pour des manifestations scientifiques dans d'autres disciplines que la sienne et que bien entendu c'est bien plus rigolo si les délais sont courts et qu'on choisit de ne pas parler toujours de la même chose.

Du coup, ces dernières semaines, je passe mon temps à jongler d'un sujet à l'autre, de la sculpture du 17e à la littérature du 19e, d'une approche esthétique aux interactions politico-commerciales, et ainsi de suite. Alternance de séances de recherche, d'écriture, d'organisation de voyages, de remplissage de dossiers administratifs, de lectures d'appels à contribution, d'annonces de salons du livre, de recherche de clients (bin oui faut aussi gagner des sous), d'opérations promo, de préparations de conférences, etc, etc. C'est un espèce de ping-pong intellectuel qui ne s'arrête jamais (même pas la nuit, même pas sous la douche : ja-mais !)


On vit tous un peu la même chose mais quand même je me demande... est-ce qu'on arrive à rester tout seul dans sa tête au bout d'un moment ? 


Histoire de ne pas avoir l'air trop timbrée -ou bien peut-être que ca va avoir l'effet inverse, je ne sais pas- je vous avoue que quelque part j'aime bien ce rythme complètement fou. C'est motivant, excitant même ! Quand arrive le jour de deadline ca te balance un coup d'adrénaline entre les orteils incroyable ! Quand arrive la période où tu sais que vas recevoir une réponse pour un truc ou un autre, l'ouverture de ta boîte mail devient une grande aventure épique... personne t'écoute (parce que c'est pas parce que tu fais plein de trucs que les autres comprennent mieux ce que tu fais de tes journées, au contraire !) mais c'est pas grave finalement, t'as plus le temps de te plaindre de toute façon et tu te parles déjà tout(e) seul(e) en prenant ta douche ou en faisant la vaisselle pour tester tes hypothèses !


Bref, pour résumer, peut-être bien que je deviens dingue (je téléphone même à mon amie précédement citée, thésarde elle aussi, en lui disant "bonjour collègue de bureau" c'est pour dire), peut-être qu'on va finir par être plusieurs à habiter dans ma petite tête (j'espère qu'on arrivera à s'entendre) mais au final bin je crois que j'aime ca !

 

1286183192hh72e4.jpg

Repost 0
Published by livres-etc - dans Ma thèse et moi
commenter cet article
8 mai 2012 2 08 /05 /mai /2012 08:00

Toute personne étant passée par là vous le dira : quand vous vous engagez sur la voie du doctorat, vous vous engagez surtout sur la voie de la solitude. Le mec incompris qui bosse sur un truc tellement compliqué que rien que le titre fait s'évanouir la plus motivée des oreilles attentives, c'est vous ! Si si je vous jure !

 

Vous allez me dire "mais euh t'es pas tranquille, chui pas seul(e), j'ai mon directeur de thèse qui est là"... (fais pas semblant de rigoler je sais que tu te reconnais)


--> Voilà ma première réaction :

HAHAHAHAHAHAHAHAHA  !!!

Innocence, candeur... naïveté ?


 

pn7.gif(image : Le petit Nicolas en thèse) Je vais pas vous faire le blabla sur le choix en fonction de la spécialité, de la disponibilité, etc, ca vous n'avez pas besoin de moi pour vous l'expliquer, c'est de la pure logique ! Non moi je vais vous parler des différents profils.

 

Evidemment on peut avoir la chance de tomber sur les (environ) 5% de directeurs de recherches qui sont à la fois présents (mais pas trop), encourageants et honnêtes... on peut... (commencez pas à vous enflammer, même si cela ne l'a pas toujours été, aujourd'hui c'est mon cas, je préfère le dire d'entrée pour pas me prendre des tomates pourries dans la tête avant la fin de l'article)


Sinon, il vous reste :

 les 50% des profs qui sont pas emmerdant... mais qui n'aident pas lourd non plus (bin oui quoi t'es un(e) grand(e) garçon / fille maintenant, faudrait voir de te débrouiller tout seul un peu), qui aiment bien voir vos résultats mais qui n'ont pas une micro idée de nouvelle piste à exploiter (hum hum, bref)

 les (à la louche) 30% qui font le minimum syndical (= signer les demandes de dérogation, jeter un coup d'oeil à votre plan...) dont vous connaissez le nom mais ca s'arrête là



Déjà là, si aucun des schémas précédents ne vous est familier, je préfère vous le dire tout de suite... je pense que vous êtes plus ou moins dans la M**** (mais tout n'est pas perdu !)

 

Strange-Case-of-Dr-Jekyll-and-Mr-Hyde.jpgSi vous avez bien compté dans votre tête (le calcul mental c'est comme le poisson, c'est bon pour la mémoire), on en est à 85% (à la louche toujours). Reste donc 15% à distribuer. Là j'avoue que j'hésite pour la répartition !

 J'ai envie de dire 13% qui ont juste une envie c'est d'utiliser votre travail pour une revalorisation personnelle sans aucune considération humaine, et bien évidement ils ne s'en cachent pas (pour ceux qui sont plus subtils, cf. les 2 catégories précédentes).

 Il reste donc les 2%... Ces 2% là... les pires de tous ! Bon peut-être qu'ils sont moins (j'espère) mais il faut savoir qu'ils existent. Cette catégorie c'est celle des tordus, des malhonnêtes et des menaçants. Parfois même, ils peuvent aller jusqu'à l'intimidation, la menace et tout ce qui va avec.


Là bien sûr, il y a certainement des personnes parmi vous qui se disent que c'est n'importe quoi, que ca n'existe pas et tout et tout. Je blague beaucoup, souvent, mais là non, je ne rigole pas. Cela existe dans tous les secteurs, toutes les disciplines. A l'image de la société et des diverses civilisations, il y a des bons, des méchants... et des psychopathes partout. 

Sachez chers lecteurs que certains doctorants travaillent avec la boule au ventre, transmettent leurs résultats sous la menace (psychologique le plus souvent mais...), certains craquent nerveusement ou font des dépressions, dérapent jour après jour se dirigeant lentement mais sûrement vers le fond du gouffre, d'autres abandonnent, d'autres encore se rebellent au risque de foutre en l'air leur carrière naissante de chercheurs. 

Bien entendu ce n'est pas la majorité (encore heureux), cela ne concerne qu'une minorité de jeunes chercheurs, mais vu de ma fenêtre c'est une minorité de trop.


david_goliath.jpgJe n'ai qu'une chose à rajouter. Parents, amis, entourage, si vous connaissez quelqu'un qui est dans cette situtaion, soutenez-le/la (même si vous ne comprenez toujours pas son sujet de thèse et que vous pensez que ca sert à rien, pensez que ce n'est pas rien pour il/elle)

Doctorants et futurs doctorants, réflechissez bien avant de porter votre choix sur untel ou unetelle, renseignez vous, restez vigilents, ne laissez passer aucun manque de respect pour votre personne. Comme m'a dit un jour un excellent professeur : "un directeur de thèse a le droit de ne pas aimer vos travaux, voire même de les mépriser. En revanche, il ne doit jamais manquer de respect ou menacer l'être humain que vous êtes !"
Ah oui... par pitié, si cela vous arrive : ne baissez pas les bras et BATTEZ-VOUS (rappelez vous qu'un jour y a un petit mec qui s'appellait David qui a foutu sa raclée à un géant nommé Goliath avec un caillou... je dis ca je dis rien...) ! 


Bon sinon c'est sympa aussi hein de faire une thèse 

 

 

Quelques liens :

Un article très intéressant : La solitude du thésard de fond, d'Héloïse Lhérété

Guilde des doctorants 4.3 & 5.5 (ca date mais ca reste un peu toujours pareil)

Un pti résumé pas mal ICI (dans le même genre que mon article, la dernière catégorie en moins)

Le centre d'aide aux étudiants de l'Université de Laval qui donne des conseils pour maintenir une bonne relation avec son directeur de recherche (là non plus la dernière catégorie n'existe pas... bizarre)

et enfin le Forum Thèses où vous trouverez toutes sortes de questions, réponses, témoignages, etc


Il existe sûrement tout plein d'autres sites mais... il faut choisir 


Repost 0
Published by livres-etc - dans Ma thèse et moi
commenter cet article
8 mars 2012 4 08 /03 /mars /2012 08:00

personal-brand.jpgDites voir un peu qui parmi vous n'a jamais appelé au secours le bon vieux pote informaticien pour qu'il vienne jeter un coup d'oeil à votre ordinateur qui ne veut plus rien savoir, votre console voire même votre grille pain (parce que c'est évident qu'un mec qui peut démonter, réparer et remonter un ordi doit forcément savoir réparer tous ces appareils remplis de trucs-qu'on-sait-pas-à-quoi-ca-sert) ?


Qui n'a jamais fait venir le cousin ou le tonton mécano parce que la voiture (moto/bateau/hélico on s'en fout) "fait un drôle de bruit" ?


Ou bien pourquoi ne pas appeler cette vieille copine qui fait des études de médecine pour savoir comment soigner au mieux la vilaine grippe qu'on vient de choper (pi après tout on s'en fout qu'elle ait choisi obstétrique comme spécialité, elle fait médecine elle doit savoir non ?) ?

On peut multiplier ce genre d'exemples à l'infini.


 

Tout ca pour dire que moi je suis la copine/cousine/nièce/voisine historienne de l'art... alors qu'est-ce qu'on peut en faire de celle-là ? A quoi pourra-t-elle bien servir ? Faudrait bien lui trouver une utilité quand même hein...

Je vais donc vous révéler à quoi sert d'avoir un historien de l'art dans ses relations extra-professionnelles... pas forcément pour aller visiter une expo (quoi que) mais par contre c'est très très utile pour préparer et prévoir les visites culturelles à faire pendant ses vacances !!! 


Ma specialité c'est l'Italie, qui n'est pas un des pays les moins touristiques, alors forcément, chaque fois qu'un ami/collègue/voisin/membre de la famille veut partir en Italie, à qui demande-t-on ce qu'il y a à visiter, les spécialités à côté desquelles il ne faut pas passer et bien entendu les "coins-secrets-où-y-a-pas-de-touristes" pour rendre le tout plus exotique ? Je vous le demande !

 

83ff9795Alors dans l'absolu ca ne me gêne pas, je suis bavarde et il y a des sujets comme ca sur lesquels je peux vite m'enflammer.

C'est bien, ca rappelle des souvenirs, ca fait voyager par l'esprit, ca fait plaisir de pouvoir enfin partager ce qu'on connait, d'initier certains au plaisir de visiter un monument, un site, une ville, un musée, de se dire que peut-être pour une fois certains se souviendront tout autant d'une oeuvre d'art que du bar du coin super sympa, etc, etc.


Seulement voilà... nous thésards ne sommes en général pas très riches, condamnés à accepter des jobs peu réjouissants, souvent à temps partiel pour avoir du temps pour nos recherches. La période la plus facile pour décrocher ce genre de job c'est l'été quand les autres partent et donc les vacances bin... comment vous dire ?

... C'est HYPER FRUSTRANT !!! Parce que c'est pas tout, y a l'avant, mais y a l'après... quand lesdits vacanciers reviennent des étoiles plein les yeux, des souvenirs plein la tête et des photos plein les téléphones/appareils photo/ordinateurs. Bien entendu, il faut vous les montrer à vous qui les avez si bien conseillés et grâce à qui ils ne sont pas passés à côté de l'incontournable, ce n'est que justice. 


Il y a évidemment une autre façon de faire : emmener l'historien de l'art en vacances avec vous pour qu'il vous serve de guide (gratos bien entendu puisqu'il paye lui-même sa part et qu'il ne vous demandera pas un sou pour les visites vu que "maintenant qu'on est là et que tu profites de la vue, tu veux pas nous expliquer 2-3 trucs comme ca vite fait ?").

Quand on est passionné par ce qu'on fait et qu'on a envie de découvrir le monde, on est naïf, on y va. 


Bien sûr, il reste les vrais amis, ceux qui ont envie de partir en vacances avec vous, guidage ou pas, et avec qui il est très agréable d'échanger des points de vue, qui vous transmettent leur joie en découvrant pour la première fois un site sur lequel vous les emmenez en dehors des sentiers battus et qui comprennent bien que les vacances c'est avant tout du plaisir, de la convivialité et de bons moments partagés 


Bref, pour résumer... Bilan 2011 :

Cumul des vacances des autres auxquelles j'ai "participé" par des heures et des heures de conseils et discussions (bien agréables entre nous soit dit) = environ 11 semaines

Mes vacances = 4 jours ! 

Youpi !

Repost 0
Published by livres-etc - dans Ma thèse et moi
commenter cet article
26 février 2012 7 26 /02 /février /2012 08:00

Statistique_referencemnet.jpgQuand on est jeune, on nous dit "dans la vie soit t'es un littéraire, soit t'es un matheux". Si t'es un matheux tu aimes la physique, la chimie et les maths (les chiffres, les fioles et les trucs qui explosent, les trucs de plantes, la chlorophylle tout ca...) et si t'es un littéraire à toi l'histoire, le français et les langues (et peut-être même la musique pour développer ta créativité à la flûte à bec parce que tout le monde sait que tous les grands musiciens ont commencé par la flûte à bec ).


Alors moi, la catégorie "matheux" je sais pas trop ce que ca veut dire vu que je n'ai jamais eu l'insigne honneur d'en faire partie (et vu ce que j'ai écrit dans le paragraphe précédent, je suis sûre que vous vous dites que j'ai loupé ma vocation) !

Moi j'étais pas une matheuse non... j'étais une littéraire, une gratte papier, une rêveuse, une "toujours dans les nuages", une "tu veux pas lâcher ton bouquin ?" ou un "rat de bibliothèque" (oui parce que rate de bibliothèque ca faisait bizarre). Bref, vous avez compris, je vous fais pas un dessin !

 

1985929333_1.jpgAlors qu'est-ce que vous voulez, à l'école j'étais forte en dictée et je luttais pour les tables de multiplications, au collège je faisais des super fiches de lecture mais j'ai jamais saisi la différence entre un volt et une ampère, puis je suis allée au lycée préparer un bac L évidemment en me coltinant encore quelques cours de maths par ci par là, je suis rentrée à la fac en choisissant une de "ces disciplines qui ne servent à rien" et je me suis dit : Je suis sauvée ! Je galère pour retenir les dates mais ca va s'arrêter là ! 


Eh bien non ! Voilà-ti pas que maintenant je dois me coltiner des statistiques avec des diagrammes, des camemberts (et ils se mangent pas ceux-là), des pourcentages et tout et tout...
Vous qui manipulez les chiffres comme une danseuse enfile ses pointes vous vous marrez bien je le sais mais moi... bin moi je pleure...


anxiete-matheux-295x288.jpgPour vous dire à quel point mon cas est grave et désespéré, l'autre jour j'ai passé presque une heure à me souvenir comment on calcule des pourcentages et après encore presque une heure pour arranger le tout dans un petit camembert avec des jolies couleurs (oui je sais que "camembert" c'est pas le vrai nom, pas la peine de me huer tout de suite).

Alors comme je suis quand même historienne de l'art, après avoir bien galéré j'ai au moins fait une jolie présentation, j'ai choisi des couleurs qui s'harmonisent bien entre elles, j'ai fait des variations de formes et de modèles de diagrammes et de tableaux... parce que même quand c'est chiant ca peut être joli ! Et puis surtout j'ai écrit un grand texte pour expliquer tout ca, ca me rassure.

 

Ma thèse, mon drame, ou comment j'en suis venue passer une journée entière à faire des statistiques alors qu'on m'avait promis que quand on est littéraire "on lit des livres, on récite des poèmes et on n'a qu'un seul outil à maîtriser : le stylo" (parce qu'à l'époque on écrivait encore avec des stylos et pas beaucoup avec les claviers). Publicité mensongère oui !


Repost 0
Published by livres-etc - dans Ma thèse et moi
commenter cet article
4 février 2012 6 04 /02 /février /2012 08:00

archives.jpgQuand je dis que je vais bosser aux archives, en général ca soulève tout un tas de questions

(et encore plus avec les photos !)

du genre :

 

- Ca fait pas tousser la poussière ? et t'as les yeux qui piquent ?

- Y a pas des vieux microbes là-dedans ?

- Et ca a quel âge ca ?

- Mais on peut les toucher pour de vrai les livres ?

- Et moi ? je pourrais moi, si je voulais, aller tripoter des vieux papiers ?

- Et t'as pas peur de t'empoisonner comme dans le nom de la rose ?

...etc...etc...

 

Pour répondre vite fait, je dirai : parfois, parfois, aucune idée, entre 300 et 400 ans, oui, oui, non. Ca c'est fait !


Pour vous et rien que pour vous, voilà à quoi ressemble une journée aux archives :


Déjà on se lève tôt (plus ou moins selon la distance entre la maison et le dépôt d'archives) parce qu'il faut pas croire qu'on va aux archives comme on va à la bibliothèque... pour 2h ca ne sert pas à grand chose de se déplacer, sauf si on a 10 ou 15 ans devant soi pour finir ses recherches !

 

Une fois arrivé(e), on fourre tout son tas de bordel dans un casier. Dans la plupart des dépôts de nos jours, on ne rentre qu'avec cahier, ordi, appareil photo et crayon gris. Eh oui, pas de veste, de sac, de pochette ni même de stylo. La liste qui précède des objets autorisés est exhaustive !


Moi je me choisis toujours stratégiquement une place avec une bonne lumière pour les photos, pas trop loin du comptoir où on récupère et où on rend les documents (sait-on jamais qu'on chope un carton très lourd et encombrant), à bonne distance des autres lecteurs et du bureau quand c'est possible (pour éviter les désagréments des discussions sur la nouvelle bêtise de junior, les prévisions de grève ou le dernier jeu vidéo tendance).

Bon il faut dire que vu que ce sont très souvent les mêmes personnes qui viennent et que chacun a étudié consciencieusement la disposition de la salle en fonction de ses besoins (ouvrages à portée de main, plus près de la porte, lumière, etc), on se retrouve régulièrement au même endroit sans même le faire exprès !


archives-2.jpg

 

Bref, me voilà prête ! Maintenant, je dois allumer l'ordinateur, aller sur le serveur des archives et passer commande des 3 documents que je peux demander pour la première levée.

Aaaaah la levée !!! Un grand moment !!! Chaque "levée" a lieu à une heure bien précise. Si on fait notre demande 3 minutes trop tard, hé bien tant pis il faut attendre la suivante (en général entre une demi-heure et une heure plus tard). La demande est passée à temps, ouf ! maintenant il n'y a plus qu'à attendre que le magasinier descende dans les entrailles du bâtiment avec son chariot et remonte le précieux document où l'on va trouver, c'est sûr, le texte qui va tout changer !

(A ce stade là, j'espère que vous avez compris le "pour 2h ca ne sert pas à grand chose de se déplacer")

 

Le magasinier revient, on va chercher le joli carton, registre, pochette ou autre renfermant les plus grands secrets de l'Histoire... ou pas !

Au boulot ! Il ne reste plus qu'à trouver le bon folio (= page), partir à la recherche de la fin du texte quand ce sont des liasses reliées (comme des feuilles doubles encastrées les unes dans les autres, et donc la 2e page n'est pas à la suite de la 1ere sinon ce serait trop facile), et bien entendu arriver à lire !

IMGP9064.JPGCar une des difficultés de la recherche en archives, une fois familiarisé avec le fonctionnement, les différentes séries (j'y reviendrai dans un autre article) ou bien le fait de savoir "où trouver quoi", c'est bel et bien la lecture... que dis-je... le déchiffrage !

Heureusement, comme tout historien ou historien de l'art un peu chanceux, j'ai pu suivre des cours de paléographie durant ma formation initiale et c'est comme le vélo, ca revient tout seul 

 

La journée se déroule ainsi, levée après levée, carton après carton, registre après registre. Il y a des jours où on a beau faire on ne trouve rien du tout, des jours où on a plus de chance et où on tombe sur des perles... Oui, la recherche en archives demande de la méthode, de l'organisation, de la patience... mais aussi de la chance !

Fin de séance, mal au dos, mal aux yeux, mains sales... on remballe tout et on rentre à la maison.
Maintenant place au tri des photos et aux joies de la transcription (ca aussi je vous expliquerai plus tard

 

...à la prochaine...


Repost 0
Published by livres-etc - dans Ma thèse et moi
commenter cet article
3 février 2012 5 03 /02 /février /2012 19:31

Bien bien bien, faut que je partage ma joie !


Je vous annonce solennellement que je viens de recevoir l'accord pour la publication de mon premier essai en histoire de l'art 


Je vous en dirai plus tout bientôt !

Repost 0
Published by livres-etc - dans Ma thèse et moi
commenter cet article
28 janvier 2012 6 28 /01 /janvier /2012 08:00

pause-detente-thesard-L-1.jpegDepuis presque 2 ans que je traîne mes guêtres par ici, il est peut-être temps que je vous raconte un peu ce que je fais de mes journées...

 

Hormis le fait que je suis la reine des lasagnes, que j'aime la bière et le rock n'roll, que ma couleur préférée est le rouge et que j'ai un chat-panzé semi sauvage comme animal de compagnie, que j'ai la poisse quand je prend le train et que je ne peux pas me passer longtemps du chaud soleil de ma Provence natale, figurez vous que mon activité quotidienne principale (lorsque je ne suis pas obligée de m'adonner à des activités professionnelles parfois peu réjouissantes pour remplir mon figo) consiste à (essayer de) faire une thèse.

 

Eh oui, je fais partie de ces innombrables thésards qui, pour la plupart des gens, cherchent des trucs qui "ne servent à rien"... eh oui, je fais une thèse en histoire de l'art.

Malgré le fait évident que mes travaux ne vont pas changer la face du monde, guérir des maladies orphelines ou aider à maintenir la paix dans le monde, eh bien j'ai au moins la chance de faire chaque jour quelque chose que j'aime... et ca, ca n'a pas de prix !

Alors voilà, je fais une thèse. Bon, jusque là tout va bien (ou presque). C'est un peu le parcours du combattant, surtout quand a eu la "chance" que j'ai eu d'avoir un léger différend avec son directeur de thèse quant à la propriété intellectuelle de ses propres travaux. Hum, je vous fait pas un dessin... J'ai donc du tout recommencer à zéro il y a 3 ans maintenant. Youpi !

ma-these-20120116_135152.jpg

 

Spécialiste de sculpture du XVIIe siècle, je travaille actuellement sur les relations entre la Provence et la Ligurie dans ce domaine. Plus précisément, j'étudie la place de la sculpture génoise en Provence à l'époque moderne, les voyages de sculpteurs, pourquoi on leur commande des oeuvres plutot qu'à des artistes locaux, etc.


Puget---Enlevement-d-Helene---Genes.jpgParallèlement à cela, le phénomène inverse m'intéresse aussi puisque j'ai travaillé là-dessus pendant 4 ans (c'était le sujet de ma première tentative de thèse) et plus généralement les sculpteurs provençaux des XVIIe et XVIIIe siècles et leur rapport avec l'Italie (oui je suis pas la reine des lasagnes pour rien, ce sont mes origines qui parlent là !) mais aussi le travail du marbre (carrières de Provence).

 

J'y reviendrai plus tard, dans d'autres articles (sur mes recherches, pas les lasagnes), pour vous faire partager les joies et les galères de mes virées aux archives, avancées et autres grands moments de Vis ma vie de thésarde 

 

 

 

PS : Bon, après si ca vous gonfle, n'hésitez pas à vous manifester 

 

 

Ah tiens quelques liens sympas pour ceux qui sont dans le même cas que moi :


- La guilde des doctorants (pas mis à jour depuis 2009, dommage)

- Le journal d'un thésard, blog relatant la vie d'un doctorant au quotidien

- le génialissime Thèse de merde, mon préféré, un bon moment de détente (et ca rassure de voir qu'on n'est pas tout seul dans la galère !)

Repost 0
Published by livres-etc - dans Ma thèse et moi
commenter cet article

Présentation

  • : Livres, etc...
  • Livres, etc...
  • : Partage de mes coups de coeur artistiques, littéraires ou autres, l'actualité du patrimoine culturel, des fiches artistes, des voyages... :)
  • Contact

Twitter

Archives

En ce moment je lis

chaan-la-rebelle.jpg          

Mes publications...

 

- ""Diventare francese", la naturalisation des génois en Provence (1620-1730)", La Haute vallée de l'Arc, bulletin de la SERHVA, n°124, octobre 2013

 

- "Sculpteurs-marbriers provençaux : les Veyrier et la carrière de Trets", dans Marbres de Rois, actes du colloque international tenu (Versailles 2003), Presses universitaires de Provence, 2013, pp. 81-90

 

- Atlantes & Cariatides, Editions Edilivre - collection Universitaire, 2012

241073 LCU C14 3 - Copie

 

- "Sculpteurs et marbriers : les Veyrier et la carrière de Trets", Provence Historique, tome LX - fasc. 239, janvier mars 2010, pp. 67-79


- "Des berges de la Garonne à la construction du magasin des Marbres du Roi à Bordeaux", Bulletin monumental (chronique), n°169-1, 2011, p. 81


- "L'empreinte des archevêques sur Puyricard" (en collaboration avec Sophie Bergaglio) dans Sebastien AUBLANC & Sophie BERGAGLIO, Puyricard, images et histoires, Ed. des lilas, 2012, pp. 56-65