Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
24 mai 2013 5 24 /05 /mai /2013 08:00

1127366.jpgEh oui me revoilà ! Je sais je sais, ca fait un moment que je suis pas passée par ici mais ce n'est pas parce que je n'ai rien à raconter... juste que je n'ai pas trop de temps !

Bref, il était temps que je revienne faire le point sur mes dernières lectures.


Aujourd'hui : "L'ombre de l'autre femme" de Dorothy Koomson.

Pour être tout à fait honnête, à la lecture de la 4e de couv' je n'étais pas très emballée mais je me suis dit que ca ferait l'affaire et que ca ne pourrait pas être pire que certains bouquins que je me suis coltiné ces derniers mois. Et finalement, bonne surprise !

En gros c'est l'histoire de Libby qui rencontre Jack blablabla ils tombent amoureux blablabla ils se marient blablabla, jusque là rien d'extraordinaire. Jack est obsédé par son ex femme, décédée, Eve. Jusque là, toujours rien de folichon. 

Et puis un jour, Libby trouve cachés quelque part dans un coin sombre de la maison les journaux intimes d'Eve. Là ca devient intéressant ! Je ne vais pas vous raconter la fin (non non c'est pas Jack qui l'a tuée), mais en tout cas c'est un roman drôlement bien fichu.


Chaque chapitre a un narrateur différent : Libby la plupart du temps mais aussi Jack, voire Eve. Cela donne un bon rythme et on change sans cesse de point de vue. Alors bien sûr, ca aurait pu donner le tournis ou devenir un peu longuet... mais pas un brin. D'ailleurs, je suis en train de me demander si ce n'est pas la première fois que je lis un roman où ce procédé a un réel intérêt dans l'histoire... parce que là, pour "L'ombre de l'autre femme", ca apporte vraiment quelque chose au récit et qui plus est c'est fort bien réussi ! 


Le récit s'articule bien, l'écriture est très fluide, facile et agréable à lire (pas besoin d'un dico quoi). Et puis, ce que j'aime c'est que tout s'accélère d'un seul coup (au moment de la révélation bien entendu) et que pour une fois on ne reste pas sur sa faim. 


En gros, c'est un bon roman pour les amateurs(-trices surtout je pense) du genre. Il y a du suspense, du sexe et du sang... tous les ingrédients pour passer un bon petit moment quoi, surtout à la fin ! 

 

4e de couverture :

Quand Libby rencontre Jack, elle croit vivre le plus grand bonheur de sa vie. Elle l'épouse quatre mois plus tard. Mais à peine a-t-elle emménagé dans la grande demeure de son mari que son rêve tourne au cauchemar. Jack est obsédé par son ex-femme décédée, Eve. Et son comportement est de plus en plus étrange.

C'est alors que Libby découvre qu'Eve a peut-être été assassinée. Elle décide de tout faire pour savoir ce qui lui est arrivé.

Et si Libby était elle aussi en danger ?

 

Ma note : 4/5

 

Partager cet article

Repost 0
Published by livres-etc - dans Critiques en toc
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Livres, etc...
  • Livres, etc...
  • : Partage de mes coups de coeur artistiques, littéraires ou autres, l'actualité du patrimoine culturel, des fiches artistes, des voyages... :)
  • Contact

Twitter

Archives

En ce moment je lis

chaan-la-rebelle.jpg          

Mes publications...

 

- ""Diventare francese", la naturalisation des génois en Provence (1620-1730)", La Haute vallée de l'Arc, bulletin de la SERHVA, n°124, octobre 2013

 

- "Sculpteurs-marbriers provençaux : les Veyrier et la carrière de Trets", dans Marbres de Rois, actes du colloque international tenu (Versailles 2003), Presses universitaires de Provence, 2013, pp. 81-90

 

- Atlantes & Cariatides, Editions Edilivre - collection Universitaire, 2012

241073 LCU C14 3 - Copie

 

- "Sculpteurs et marbriers : les Veyrier et la carrière de Trets", Provence Historique, tome LX - fasc. 239, janvier mars 2010, pp. 67-79


- "Des berges de la Garonne à la construction du magasin des Marbres du Roi à Bordeaux", Bulletin monumental (chronique), n°169-1, 2011, p. 81


- "L'empreinte des archevêques sur Puyricard" (en collaboration avec Sophie Bergaglio) dans Sebastien AUBLANC & Sophie BERGAGLIO, Puyricard, images et histoires, Ed. des lilas, 2012, pp. 56-65