Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
18 janvier 2011 2 18 /01 /janvier /2011 08:00

Au cours de mes recherches, je suis tombée par hasard sur un recueil de provençalismes corrigés pour les écoliers en français "raisonnable" après qu'un préfet local ait souligné au début du XIXe siècle que trop de mots en provençal étaient utilisés à l'école.

Vraisemblablement, des recueils de ce type se sont multipliés entre 1829 et 1880.

Si certaines expressions ne sont plus du tout utilisées aujourd'hui, le plus drôle reste les explications données pour apprendre à parler correctement le français, témoignage d'une lutte sans merci contre les régionalismes linguistiques. La Provence fut l'une des régions les plus résistantes dans ce domaine avec l'action de Frédéric Mistral et la création du félibrige (encore actif aujourd'hui).

C'est aussi en lisant ce genre d'ouvrage que l'on se rend compte que certains mots employés courament en Provence ne sont en fin de compte pas du tout français (je me suis fait avoir sur quelques uns j'avoue)

 

Petit extrait pour vous donner une idée de cet ouvrage intitulé "Les provencalismes corrigés" (de J.B. Reynier, 1870)

 

"J'ai envie de t'emplâtrer !

Dites : J'ai envie de te souffleter !

Emplâtrer n'est pas français et un bon emplâtre ne peut guère être donné que par un pharmacien"

 

"Malon, malonage, maloner

Dites : Carreau, carrelage, carreler (...)

Malon, malonage, ni maloner ne sont français, et moellon que l'on emploie quelquefois pour éviter ce provencalisme ne présente pas le même sens."

 

"Qué

Dites, selon les circonstances : Hé ! Hé bien ! Quoi ? Que dis-tu ?

Qué est un mot provençal dont on doit absolument s'abstenir en parlant français !"

 

"Votre enfant patouille dans le ruisseau

Dites : votre enfant patrouille dans le ruisseau.

Patouiller n'est pas français, mais un r de plus seulement fait ici toute la différence du provençal au français"

(J'émets ici une réserve...

patouiller et patrouiller ne veut pas dire du tout la même chose !)

 

Enfin, une qui m'a fait bien rire

"Cet homme est un cochon, cette femme est une cochonne

Dites : Cet homme est malpropre, cette femme est malpropre

Cochon comme adjectif n'est pas français, et cochonne par conséquent, qui serait le prétendu féminin de cet adjectif, encore moins"

Ouais... sauf que si c'est une cochonne, c'est une cochonne...

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Art & Energie 21/01/2011 16:44


J'adore !!!!!! Les deux dernières traductions sont pas mal dans le genre. Voilà ce qui arrive quand une traduction est faite par quelqu'un qui ne parle pas bien l'une des deux langues !


Présentation

  • : Livres, etc...
  • Livres, etc...
  • : Partage de mes coups de coeur artistiques, littéraires ou autres, l'actualité du patrimoine culturel, des fiches artistes, des voyages... :)
  • Contact

Twitter

Archives

En ce moment je lis

chaan-la-rebelle.jpg          

Mes publications...

 

- ""Diventare francese", la naturalisation des génois en Provence (1620-1730)", La Haute vallée de l'Arc, bulletin de la SERHVA, n°124, octobre 2013

 

- "Sculpteurs-marbriers provençaux : les Veyrier et la carrière de Trets", dans Marbres de Rois, actes du colloque international tenu (Versailles 2003), Presses universitaires de Provence, 2013, pp. 81-90

 

- Atlantes & Cariatides, Editions Edilivre - collection Universitaire, 2012

241073 LCU C14 3 - Copie

 

- "Sculpteurs et marbriers : les Veyrier et la carrière de Trets", Provence Historique, tome LX - fasc. 239, janvier mars 2010, pp. 67-79


- "Des berges de la Garonne à la construction du magasin des Marbres du Roi à Bordeaux", Bulletin monumental (chronique), n°169-1, 2011, p. 81


- "L'empreinte des archevêques sur Puyricard" (en collaboration avec Sophie Bergaglio) dans Sebastien AUBLANC & Sophie BERGAGLIO, Puyricard, images et histoires, Ed. des lilas, 2012, pp. 56-65